fr
de
it
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
Base de données
 - 
Accueil base de données
 - 
Notre charte
  Les observations
    - 
Synthèse annuelle
  Les galeries
    - 
Toutes les photos
  Statistiques d'utilisation
Qu'est-ce que la migration ?
Les sites de migration
 - 
Bilans des suivis
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Présentation des sites
Connaître les migrateurs
Ressources et liens
La mission migration
Les partenaires
Toutes les nouvelles : Banc de l'Ilette
Présentation
Les synthèses
Les nouvelles
Les bilans
Les dernières nouvelles de chaque site

Afficher:
page :
 
 
1
2
3
4
5
>
 
Nbre/page :
nombre : 42
Banc de l'Ilette - lundi 6 avril 2015

Escale exceptionnelle de Bernaches cravants sur le littoral picard (baies de Somme et d'Authie)

Alors que la Bernache cravant est régulièrement observée en petits nombres sur le littoral picard lors de ses deux migrations, il est rare qu'elle y fasse halte en grand nombre. Les troupes de plusieurs centaines d'oiseaux sont rares.

Or, le 2 avril dernier, Alexander Hiley a dénombré par moins de 2500 indivus dans le secteur de la Maye, dans le nord de la baie de Somme. De l'ordre de 1000 Bernaches auraient été vues par ailleurs en baie d'Authie, réplique en miniature de la baie de Somme située un peu au nord de cette dernière.

Ces deux derniers jours, 5 et 6 avril, plus de 400 Bernaches stationnaient encore sur l'ensemble des deux baies.

Ces effectifs peuvent paraître ordinaires pour d'autres lieux de halte. Ils sont exceptionnels pour la côte picarde.

A noter au passage l'observation d'un ou deux Canards à front blanc (un mâle, évident, et une femelle) ce 5 avril par François Méranger et Thierry Rigaux en baie d'Authie.

Bonnes observations à tous,

Thierry Rigaux

 

 
posté par Thierry (I) Rigaux, édité par Anonyme
Banc de l'Ilette - vendredi 25 octobre 2013

Une initiative intéressante de test d'un nouveau site d'observation de la migration active post-nuptiale sur le littoral picard

Bonjour à tous,

Le banc de l'Ilette, situé au nord de la baie de Somme, a déja fait ses preuves : c'est un des meilleurs sites du NW de la France pour observer la migration des passereaux et des rapaces. Le tout dans un environ magnifique.

Mais cet environnement de qualité a un prix : il faut environ 3/4 heure de marche pour le rejoindre. Pas évident d'effectuer une telle marche lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises tandis qu'il n'est pas question de pouvoir se mettre vraiment bien à l'abri en cas d'intempérie quand on est sur le spot.

Cette situation, combinée avec le souhait de voir comment le flux migratoire s'organise ou se dilue en traversant la baie de Somme, a conduit Alexander Hiley à tester un nouvau spot, sur la commune de Woignarue, jusque à côté d'Ault, sur le hameau de Onival.

Les données sont saisies sur le site dénommé bois de Cise dont on pourra peut-être changer la dénomination prochainement pour que le site puisse désigner deux spots différents selon qu'on suit le passage prénuptial ou post-nuptial.

Toujours est-il que les premières séances d'observation ont été très encourageantes et qu'elles ont permis d'observer des flux très importants et une belle diversité de migrateurs.

Ce nouveau site est atteignable en voiture ou à vélo, ce qui offre un confort et des possibilités appréciables pour l'observateur ainsi qu'un temps d'approche réduit à la plus simple expression.

Alexander saisit régulièrement les données acquises à Onival sur le site "bois de Cise", en précisant systématiquement qu'il s'agit du spot d'Onival. Nous vous en redonnerons des nouvelles.

Et hier, il y a fait une observation tardive : celle d'un Martinet noir ! Quelques martinets noirs, un martinet pâle, et un martinet à ventre blanc ont été signalés en Belgiques tout récemment !

Bonnes observations à tous,

Thierry Rigaux

 
posté par Thierry (I) Rigaux, édité par Anonyme
Banc de l'Ilette - mercredi 11 septembre 2013

Faucon kobez juvénile en halte migratoire au banc de l'Ilette.

Très rare en Picardie à l'automne, ce petit faucon nous a fait le plaisir d'une halte migratoire marquée par des scènes de chasse prolongées au cours desquelles l'oiseau (un juvénile) alternait les vols sur place à la manière d'un crécerelle et des glissés plus aériens évoquant parfois le hobereau.

Très peu farouche, l'oiseau a capturé de multiples petites proies au sol, certaines d'entre elles étant suffisamment grosses ou difficiles à ingérer pour que l'oiseau mette quelque temps à les ingurgiter. Certaines proies, d'après les mouvements du bec, ont été dépecées avec un certaine énergie : s'agissait-il de petit mammifères ?

L'oiseau a été observé le samedi 7 septembre. A t-il été revu depuis ? A suivre !

Thierry Rigaux

 

 
posté par Thierry (I) Rigaux, édité par Anonyme
Banc de l'Ilette - samedi 25 août 2012

Observations de la migration active au banc de l'Ilette au cours de l'automne 2012

Picardie nature ne prolongeant pas la mobilisation de salariés qui était nécessaire pour que le suivi soit quotidien, comme en 2010 et 2011, le suivi sera partiel cette année, laquelle ne pourra pas servir d'année de référence dans l'étude de la migration sur ce site majeur à l'échelle nationale comme l'a confirmé le suivi standardisé réalisé par l'association au cours des deux années précédentes : en 2011, le banc de l'Ilette est même le site de métropole où l'effectif compté de migrateurs a été le plus élevé : plus de 1 200 000 oiseaux.

Malgré le caractère partiel du suivi de la saison post-nuptiale 2012, il est souhaitable que les observations qui seront faites par les bénévoles au gré de leur disponibilité puissent être réunies et mutualisées sur www.migraction.net

J'invite donc les observateurs qui feraient des séances d'observation sur le spot du banc de l'Ilette à m'en envoyer le bilan (à l'adresse suivante : mailto:rigaux.th@gmail.com ) afin que je puisse saisir les données sur migraction pour en optimiser la valorisation. C'est pourquoi je viens de saisir les données toutes récentes de mouvements de Sittelles transmises par Adrien Leprêtre.

Bonnes observations à tous,

Cordialement,

Thierry Rigaux

 
posté par Thierry (I) Rigaux, édité par Anonyme
Banc de l'Ilette - jeudi 23 août 2012

Mouvement de Sittelles torchepots

Bonjour à tous,

Il semble qu'un mouvement de Sittelles torchepots d'une certaine importance se dessine en Picardie. En tout cas, divers observateurs (Adrien Leprêtre au Parc Ornithologique du Marquenterre, site voisin du banc de l'Ilette/baie de Somme ; Didier Baverel à Ramicourt, près de Saint-Quentin dans l'Aisne) rapportent des contacts intéressants :

- Adrien a noté 6 oiseaux ce jour, dont un groupe de 3,

- Didier a vu pas moins de 25 Sitelles depuis une semaine à Ramicourt, au milieu des grandes cultures.

A suivre !

Thierry Rigaux

 
posté par Thierry (I) Rigaux, édité par Anonyme
Banc de l'Ilette - mardi 14 février 2012

Thierry Rigaux de Picardie Nature vous invite à découvrir les quelques images du littoral picard en pleine vague de froid.

Vous verrez que cela a été assez spectaculaire !

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
Banc de l'Ilette - samedi 5 novembre 2011

La cap des 1000 Eperviers dépassés au banc de l'Ilette. Mais d'autres espèces ne sont pas au rendez vous.

Plus de 1000 Eperviers ont déjà été comptés cet automne : c'est un record mais le nombre d'années de référence est encore réduit et les records actuels sont faits pour être battus ! ça reste un beau résultat !

Bel effectif de Pinsons des arbres aussi avec de l'ordre de 650 000 individus (saisie en cours).

En revanche, certaines espèces ont quasiment disparu des écrans radars que leur abondance soit sujette à invasions (comme les Mésanges noires) ou qu'elles soient l'objet d'un déclin prolongé sur le site comme le Moineau friquet.

Nous y reviendrons plus longuement à la clôture des comptes !

Cordialement

Thierry Rigaux rigaux.th@gmail.com

 
posté par Thierry (I) Rigaux, édité par Anonyme
Banc de l'Ilette - jeudi 20 octobre 2011

100 Grandes aigrettes en migration déjà comptées cet automne 2011 (au 20 octobre)

Un effectif qu'on n'aurait pas imaginé pouvoir voir en migration sur notre spot de la baie de Somme il y a quelques dizaines d'années. Cette année, l'effectif compté a vraiment subi une progression considérable.

La plupart des oiseaux migrent cependant au dessus de la mer, à distance du point d'observation, et peuvent passer inaperçus.

A suivre !

Thierry Rigaux

 
posté par Thierry (I) Rigaux, édité par Anonyme
Banc de l'Ilette - lundi 17 octobre 2011

Gros rush d'Eperviers et de Pinsons des arbres, passage inhabituel de Grandes aigrettes du 14 au 16 octobre

Belles observations ces 3 derniers jours de la migration au banc de l'Ilette avec :

- environ 70 Grandes aigrettes (du jamais vu sur le spot),
- des flux importants de Pinsons des arbres (plus de 130 000  au total), de Colombins (environ 1000), de Grives draines (plus de 500), mauvis (4000) et musiciennes,
- plus de 300 Eperviers,
- des dizaines de Buses variables,
- une vingtaine de Busards Saint Martin,
- quelques centaines d'Oies cendrées,
- 5 Oies rieuses,
- au moins 2 Buses pattues (peut-être 3),
- une ou deux Pies grièches grises (une en halte, "l'autre" en migration active, le lendemain),
etc...

On en redemande !

Observateurs : Eric Perret, François Méranger, Jérôme Laverne, Jérôme Mouton, Michael Guerville, Daniel Schildknecht, Thomas Hermant, Thierry Rigaux.

 
posté par Thierry (I) Rigaux, édité par Anonyme
Banc de l'Ilette - samedi 10 septembre 2011

Premiers Tarins des aulnes au banc de l'Ilette ce 10 septembre !

Certes, ils n'étaient que 2 ... Mais des avant-gardistes ! Les premiers de cette migration post-nuptiale d'après les données mutualisées sur notre site commune, sauf erreur, depuis l'observation d'un individu le 20 août sur le site des Conches.

Plus signifiant est le beau passage d'Accenteurs (81) et de Bergeronnettes des ruisseaux (une cinquantaine) noté ce jour.

A noter enfin quelques dizaines de Spatules en migraction active, 2 Pipits rousselines et peu de rapaces malgré les conditions favorables.

Le suivi du banc de l'Ilette sera quotidien à compter du 15 septembre. Si vous voulez y prendre part, n'hésitez pas à contacter Picardie Nature, en la personne, en particulier, de Thomas Hermant.

Cordialement,

Thierry Rigaux, coordinateur bénévole du suivi du site du banc de l'Ilette

NOTE de la Mission Migration: Pour les années d'invasion, on peut probablement comparer la situation au banc de l'Ilette avec celle en Belgique. En 1949 et 1959, les Tarins sont arrivés à partir de la mi juillet en Belgique. La dispersion juvénile peut être très rapide: il y a une reprise d'un Tarin juvénile, bagué le 3 juillet 1959 à Wassenberg / Aix-la-Chapelle (Allemagne) et repris le lendemain à Wesemaal (Brabant flamand, Belgique): 100 km WSW en une journée.  Le 19 juillet 1959, on a capturé 160 Tarins dans les environs de Renaix (Flandre orientale, Belgique). En juin-juillet 1999, on a noté une invasion importante de Tarins aux Pays-Bas. L'espèce est connue pour son erratisme. Sur la côte belge, dans l'absence d'une invasion précoce, on observe régulièrement les premiers Tarins vers la mi septembre.

 
posté par Thierry (I) Rigaux, édité par Anonyme
page :
 
 
1
2
3
4
5
>
 
Nbre/page :
nombre : 42
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017