fr
de
it
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
Base de données
 - 
Accueil base de données
 - 
Notre charte
  Les observations
    - 
Synthèse annuelle
  Les galeries
    - 
Toutes les photos
  Statistiques d'utilisation
Qu'est-ce que la migration ?
Les sites de migration
Connaître les migrateurs
Ressources et liens
La mission migration
Les partenaires
La Palle - Saint-Étienne, Loire (42)
Présentation
Les synthèses
Les nouvelles
Les bilans
Les fiches descriptives des sites

Afficher:
http://files.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/la_palle-Chapeau_de_Napoleon_petit-4238.jpg
http://files.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/panorama_la_palle-4379.jpeg

L’environnement et le cadre naturel du site

Le site de suivi se trouve au sud-est de la ville de Saint-Étienne, entre les quartiers de Terrenoire et de la Métare, au pied du massif du Pilat (Parc Naturel Régional depuis 1974). Il est au cœur d'une zone encore relativement préservée des constructions (classée « Naturelle » dans le PLU de la ville), composée de pâtures, de friches plus ou moins boisées et de landes à ajonc nain, proche du SIC « contreforts nord du Pilat ». Cette position péri-urbaine peut surprendre mais elle n'est pas gênante pour le passage migratoire et peut même faciliter un suivi régulier de par sa facilité d'accès.

Le suivi se fait depuis un promontoire d'où se découvre un vaste panorama. De ce point, par temps clair, la vue porte sur toute la vallée du Gier avec, à l'horizon, les Monts du Bugey situés à plus de 90 km! Les migrateurs peuvent être ainsi repérés à bonne distance, ce qui laisse plus de temps pour les compter. Par météo favorable, ils passent même à quelques mètres de l'observateur ce qui facilite leur identification.

Historique du suivi

Suivi partiel en automne depuis 2010, généralement du lever du soleil à la mi-journée en octobre voire toute la journée en août et septembre. Tous les observateurs de passage et désireux d'aider à ce suivi sont les bienvenus ! (voir contact plus bas)

La migration prénuptiale est également décelable sur le site mais la position du point d'observation se prête mal à son suivi...

Initialement, le suivi a débuté depuis... le balcon d'un observateur situé non loin! C'est l'observation de la trajectoire des migrateurs dans le secteur qui a permis d'en déduire le potentiel ornithologique du site de la Palle. Par des témoignages, nous savons que le Pigeon ramier et les grives y furent chassés jusqu'à l'urbanisation du quartier de la Métare, au début des années 1960... Cette activité se poursuit d'ailleurs chaque octobre sur les pentes de la Fontgerouse surplombant le site, heureusement un peu en marge du passage principal.

Intérêt ornithologique, espèces emblématiques

L’intérêt du site provient de sa situation au fond du vaste entonnoir formé par la vallée du Gier, affluent en rive droite du Rhône. Cette grande vallée, orientée sud-ouest / nord-est et encaissée entre les Monts du Pilat et ceux du Lyonnais, constitue une voie majeure pour pénétrer dans le Massif Central. Elle concentre et canalise les migrateurs qui l'empruntent pour passer de la vallée du Rhône à celle de la Loire. Parvenus en amont de la vallée, les oiseaux se retrouvent dans la cuvette de Terrenoire qui s'ouvre par trois passages : le large col de Maugara au nord (où passe la A72), l'étroit col du Pertier au nord-ouest (où passe la N88) et enfin le col de l'Angélus au sud-ouest (où passait la voie romaine Lyon-le Puy) qui est donc le mieux orienté pour les migrateurs. Ce col peu marqué se trouve au point le plus bas (625 m) de la crête dite de « la Palle » reliant la colline de Montchovet (651 m) et les premières pentes du Pilat (de 640 m à 860 m à la Fontgerouse), sur la ligne de partage des eaux entre le bassin versant de la Loire et celui du Rhône. Cette crête assez large est aujourd'hui occupée par les bâtiments de la faculté des sciences de Saint-Étienne.

Par beau temps, les oiseaux passent souvent assez haut ou coupent par les cols montagnards de la haute vallée du Gier (la Barbanche et la Croix de Chaubouret). Les meilleures observations se font donc par vent modéré de sud-ouest ou d'ouest et/ou surtout avec un plafond nuageux bas (< 1000 m) car les migrateurs sont alors contraints à suivre la vallée en longeant les pentes abruptes du Pilat pour le contourner par l'ouest. Ils survolent ainsi à faible altitude la crête de la Palle qui est le principal obstacle sur leur route puis passent au-dessus des quartiers de la Métare et de Bellevue pour rejoindre la vallée de l'Ondaine qui les mène à la vallée de la Loire.

Grâce à sa situation géographique entre deux grands fleuves, ce site voit passer une importante diversité de migrateurs, avec notamment des passages rares mais réguliers de laro-limicoles et d'anatidés. Mais le site de la Palle est surtout favorable à l’observation des rapaces, des passereaux et des pigeons avec parfois des effectifs importants localement, surtout mi-octobre (plus de 3700 pigeons ramiers le 19 octobre 2010). Les effectifs de passereaux y sont cependant sous-évalués car le relief concentre mal leur flux migratoire. Les « planeurs » sont également nombreux à y passer, souvent après avoir cherché les ascendances sur le versant nord de la vallée ou les courants de pente sur le versant sud... Les buissons aux alentours du site doivent être scrutés régulièrement car ils sont le théâtre d'une migration « rampante » concernant surtout les passereaux insectivores...

Des espèces rares pour la région ont déjà été observées en migration dans le secteur : Aigle pomarin/criard, Busard pâle, Faucon kobez, Aigle botté, Vautour fauve, Grue cendrée, Cigognes noire et blanche, Goélands brun et cendré, etc... Ces observations constituent toujours un grand moment pour l'observateur chanceux!

Modalités d’accueil

Pas d’accueil particulier ni de permanence assurés. Présence ponctuelle d’un ou plusieurs observateurs sur le site entre la fin août et la mi-novembre, suivant leurs disponibilités et la météo.

Accès 

Pour optimiser le champ de vision, le site de suivi de la migration se trouve légèrement en contrebas de la crête de la Palle. Compte-tenu de sa situation urbaine, il est facilement accessible en voiture (à 10 min du centre-ville de St Etienne et à 50 min de celui de Lyon) et même par les transports en commun.

En voiture, prendre la sortie n°20 (Beaulieu-Montplaisir) de la N88 puis tourner à droite au feu, en suivant la direction de l'ENISE. Après être passé au-dessus de la voie rapide, ce fléchage fait monter sur la colline de Montchovet par la longue rue Jean Parot. Au bout de cette rue, tourner à gauche sur la rue Paul Michelon puis, après avoir longé la faculté des sciences, tourner à gauche sur l'avenue Léon Jouhaux en direction de l'IUT. S'il est ouvert, se garer sur le parking des étudiants près du rond-point de l'IUT (desservi en semaine toutes les 20 minutes par la ligne de bus n°19) puis suivre à pied le chemin goudronné qui passe entre ce parking et le nouveau lotissement jusqu'au grand rocher noir surnommé le « chapeau de Napoléon ». L'observation de la migration se fait peu avant ce rocher, le long du chemin là où le panorama est le plus dégagé...

Contacts 

Pour tout renseignement complémentaire ou toute observation de migration réalisée sur le site (en l'absence des observateurs habituels), merci de contacter la LPO Loire (mailto:loire@lpo.fr).

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017