fr
de
it
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
Base de données
 - 
Accueil base de données
 - 
Notre charte
  Les observations
    - 
Synthèse annuelle
  Les galeries
    - 
Toutes les photos
  Statistiques d'utilisation
Qu'est-ce que la migration ?
Les sites de migration
Connaître les migrateurs
Ressources et liens
La mission migration
Les partenaires
Pointe de l'Aiguillon - Aiguillon-sur-Mer (L'), Vendée (85)
Présentation
Les synthèses
Les nouvelles
Les bilans
Les fiches descriptives des sites

Afficher:
http://files.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/Pointe_Aiguillon_5-8529.jpg
http://files.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/LARTIGAU_Christophe_(56)-6599.jpg
Toutes les photos

L'environnement et le cadre naturel du site

Le camp de migration de la pointe de l’Aiguillon est situé à l’extrême sud de la côte vendéenne (85), sur la commune de l’Aiguillon-sur-Mer. Il est axé sur l’observation et le comptage des passereaux lors de leur migration post-nuptiale. Ce camp de migration se veut par conséquent formateur, nous acceptons toute personne volontaire et motivée, les connaissances ornithologiques ne sont pas indispensables pour participer à ce suivi (du matériel peut même être mis à disposition en cas de besoin). Un spotteur coordinateur est recruté chaque année afin d’assurer le suivi et l'initiation des bénévoles à la reconnaissance des oiseaux en vol (critères d’identification) et aux techniques de comptage.

La pointe de l'Aiguillon est une langue de sable sur laquelle nous nous retrouvons chaque matinée, elle se trouve dans un contexte environnemental exceptionnel. Localisée au sud du département, la pointe de l’Aiguillon a des caractéristiques géomorphologiques intéressantes, elle est façonnée par les courants du Lay et de l’océan, c'est le point le plus proche de la pointe Saint Clément, sur la côte charentaise au sud de la baie de l'Aiguillon. Nous sommes au cœur de la réserve naturelle de la baie de l'Aiguillon, site d’intérêt international au niveau ornithologique. Plusieurs milliers d’oiseaux d’eau viennent s'alimenter chaque jour sur la vasière découverte. Nous sommes situés sur un massif dunaire protégé par un Arrêté Préfectoral de Protection de Biotope (APPB).

Découverte du site de migration de la pointe de l’Aiguillon et résultats des comptages entre 1989 et 1992

La découverte de la pointe de l’Aiguillon en tant que site de migration date de 1989. Au cours de cette année, les ornithologues qui ont trouvé le site ont fait quelques journées d’observation. En 1989, 8 jours de comptage ont été réalisés, soit 29h00 de suivi, ce qui a permis de dénombrer 42 980 oiseaux. Ces comptages ont eu lieu entre le 1ier et le 22 octobre, la meilleure période pour l’observation des fringilles.  7 302 pinsons des arbres, 16 242 linottes mélodieuses et 13 247 chardonnerets élégants ont notamment été observés. Ce suivi aléatoire s’est poursuivi jusqu’en 1992. En 1993, le Groupe Ornithologique  Vendéen (GOV), devenu LPO Vendée en 1995, a lancé son camp de migration qui a d’abord eu lieu entre le 1 septembre et le 15 novembre et s’est étendu jusqu’au 30 novembre au cours des années suivantes. Ainsi en 1990, 30 jours de suivi (122 heures)  ont été effectués entre le 4 aoùt et le 1ier novembre. Ce qui a permis de dénombrer plus d’oiseaux (143 242 individus) et notamment des hirondelles qui passent majoritairement en septembre. 57 712 hirondelles rustiques ont été comptées.  Pour ce qui est des fringilles, on a eu 36 927 linottes alors que seulement 3 954 pinsons des arbres et 9 552 chardonnerets élégants ont été vus tout au long de la période. 1991 afait l’objet de 17 jours de suivi, soit 40 heures entre le 14 septembre et le 9 novembre, au cours desquels 20 540 migrateurs ont été comptés. A titre indicatif, 7 007 hirondelles rustiques, 375 pinsons des arbres, 957 chardonnerets élégants et 5 836 linottes mélodieuses ont été répertoriés. Les 13 jours de suivi de 1992, soit 49 heures de comptages ont permis de recenser  49 143 oiseaux migrateurs entre le 5 septembre et le 18 octobre. Ce chiffre comprenait 15 792 hirondelles rustiques, 19 982 linottes mélodieuses, 1 294 chardonnerets élégants et 3 319 pinsons des arbres. Ces 4 premières années montrent de fortes disparités en termes de durée de suivis et dates de comptages. Ces chiffres ne sont donc pas exploitables et nous donnent seulement une idée de la concentration d’oiseaux migrateurs qui peut être observée à la pointe de l’Aiguillon.

Note sur les Etourneaux sansonnets

Les Etourneaux ont été comptés jusqu’en 1999. Entre 1993 et 1999, entre 578 et 200 497 Etourneaux ont été comptés chaque année. Au fur et à mesure des années de comptages, et notamment en 1999, les « spotteurs » se sont rendus compte que beaucoup de groupes d’Etourneaux sansonnets comptabilisés comme migrateurs le matin faisaient de la retro migration et revenaient sur la pointe, le soir. Les étourneaux faisaient donc l’objet de doubles comptages. De fait, «  le comité pointe » mis en place pour la gestion du camp a décidé de retirer le comptage des étourneaux dans le protocole du suivi de migration de la pointe de l’Aiguillon.

Résultats du comptage des étourneaux entre 1989 et 1999

  • 1989 :  578
  • 1990 :  6 026
  • 1991 :  1 059
  • 1992 :  1 374
  • 1993 : 47 742
  • 1994 : 20 382
  • 1995 : 42 154
  • 1996 : 48 646
  • 1997 : 50 631
  • 1998 : 12 965
  • 1999 : 200 497

Intérêt ornithologique, espèces emblématiques

Chaque année, sont comptabilisés en moyenne environ 400 000 migrateurs. Nous contactons, au cours de ce suivi, entre 70 et 80 espèces ce qui fait de la Pointe de l’Aiguillon un site d’importance nationale pour la migration post-nuptiale des passereaux. Ces petits oiseaux sont difficiles à identifier en vol, les cris émis lors de leur passage nous donnent de très bonnes indications. Ce camp permet donc de travailler à la fois la reconnaissance visuelle mais également auditive ainsi que les méthodes de comptage. Huit espèces sont emblématiques du site : le Chardonneret élégant, la Linotte mélodieuse, le Bruant des roseaux, le Pipit farlouse, la Bergeronnette printanière, l’Hirondelle rustique, l’Alouette des champs et le Pinson des arbres.
 

Calendrier de la migration

Chaque année, le camp se déroule du 1er septembre au 30 novembre. Nous sommes également présents chaque jour sur cette plage dès le lever du soleil. La matinée est consacrée exclusivement au comptage. Nous arrêtons généralement le suivi vers 13h00. Les après-midis sont libres. Les plus motivés partent réaliser des inventaires sur des sites de grand intérêt avifaunistique, localisés dans la « sphère Aiguillon ». Il s’agit d’une quinzaine de sites répertoriés, localisés à moins de 30 Km du lieu d’hébergement où des observations intéressantes sont faites chaque année (Marouette ponctuée, Mouette pygmée, Râle d’eau, guifettes, Fou de Bassan, macreuses, bécasseaux, chevaliers, oies, bernaches, busards, Chevêche d’Athéna, Cigognes blanches, Cigognes noires,…). Le week-end, lorsque les conditions le permettent, nous installons un "point d’observation" les après-midi où nous invitons le grand public à découvrir les oiseaux de la baie. Des longues-vues et des livres de détermination sont mis à la disposition des visiteurs et nous répondons aux questions éventuelles.

Modalités d'accueil

Nous accueillons les bénévoles dès le 1er septembre et jusqu’au 30 novembre. Depuis peu, la mairie de l'Aiguillon a mis à notre disposition un logement de 5 chambres pouvant accueillir 12 bénévoles simultanément. Il est situé dans les locaux d’accueil du camping des Dunes, à moins de 2 Km du site de comptage (Nous nous y rendons d’ailleurs à pied chaque matin). Aucune durée minimale n’est requise pour les réservations, vous pouvez choisir de rester 3 jours, 3 semaines ou 3 mois… Toutefois, nous estimons que pour un ornithologue débutant, une semaine de formation est une durée minimale pour savoir reconnaître les principales espèces. Nous demandons à chaque bénévole une participation financière de 7 euros par jours (6 euros par jour pour un séjour supérieur à 3 semaines). Le camp fonctionne sur un mode de vie collectif, chacun se doit donc de participer aux différentes taches que sont : la saisie des données, l’entretien du local (ménage…), la cuisine (repas, vaisselle…).

Accès

Pour se rendre sur le site en voiture, c’est très facile. Une fois arrivés à l’Aiguillon-sur-Mer, il vous suffit de prendre la direction de la pointe de l’Aiguillon. Vous longerez alors environ 8 km de digue. Cette route est la seule qui longe le littoral, vous ne pouvez pas vous tromper. Cette voie est sans issue et se termine par un parking sur lequel vous pouvez vous garer. Vous empruntez, vers le sud, le petit chemin qui vous mènera à la pointe de l’Aiguillon et vous nous trouverez sur la plage. Nous sommes aisément reconnaissables avec nos longues-vues et nos jumelles ! A défaut de véhicule personnel, nous pouvons aller vous chercher en gare de Luçon (85).

Contacts

Pour tous renseignements, vous pouvez nous contacter à la LPO Vendée délégation sud Vendée :
Site internet : http://vendee.lpo.fr
 Site internet interactif (Vendée) : http://www.faune-vendee.org

Adresse : LPO sud Vendée
Le Grand Mothais
85450 CHAMPAGNE-LES-MARAIS
Téléphone : 02-51-56-78-80
Mail : mailto:aurelie.guegnard@lpo.fr

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017