fr
de
it
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
Base de données
 - 
Accueil base de données
 - 
Notre charte
  Les observations
    - 
Synthèse annuelle
  Les galeries
    - 
Toutes les photos
  Statistiques d'utilisation
Qu'est-ce que la migration ?
Les sites de migration
Connaître les migrateurs
Ressources et liens
La mission migration
Les partenaires
Col du Markstein - Trehkopf - Fellering, Haut-Rhin (68)
Présentation
Les synthèses
Les nouvelles
Les bilans
Les fiches descriptives des sites

Afficher:
http://files.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/marksteinD-Holtz-6931.jpg
http://files.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/marksteinobs1nov09-7949.jpg
Toutes les photos

L'environnement et le cadre naturel du site

Le Markstein (Haut-Rhin, 68) est une station de ski du massif vosgien, à environ 1200 m d’altitude. Il est intégré au Parc Naturel Régional des Ballons des VosgesLe suivi de la migration se fait au printemps et en automne à deux endroits différents situés de part et d’autre de la station de ski et distants d’environ 1,5 km.

Présentation du site postnuptial : le Markstein-Trehkopf

Le point d’observation est à environ 1,5 km du parking de la station de ski en direction du col de la Schlucht (700m après l’hôtel Wolf). Il surplombe la route des crêtes (D430) dans un virage en épingle à cheveux, à une altitude voisine de 1250 m. Ses coordonnées GPS sont : 47°55'38.20"N et 7° 1'11.44"E.

http://files.biolovision.net/www.migraction.net/userfiles/image/CartoPostNuptial.jpg

Les migrateurs arrivent majoritairement de la vallée de Guebwiller ; ils franchissent le col et passent ainsi dans la vallée de Thann. La vue étant plongeante, ceux qui rasent la chaume sont bien visibles sur fond de myrtilliers (Les « Hautes chaumes » sont des landes et pelouses d’altitude). Les rares arbrisseaux du vallon (sorbiers, hêtres) et les épicéas du bas de la pente sont des haltes pour diverses espèces. Les oiseaux qui utilisent ces reposoirs sont ainsi observables à loisir avant qu’ils ne se lancent au-dessus des chaumes.

Outre ces aspects positifs, les conditions météorologiques ne sont pas toujours favorables à l’observation. A la période du suivi, il n’est pas rare que la brume réduise la visibilité à quelques mètres! La direction et la force du vent sont aussi des facteurs déterminants pour l’observation des migrateurs.

C’est par vent de sud-ouest assez fort (F4 à F6 Beaufort, soit 25 à 50 km/h environ) que le flux migratoire est le plus important. Les oiseaux rencontrent alors un vent contraire, ils sont canalisés dans le vallon et rasent la chaume, ce qui facilite le comptage. En cas de vent faible, ils passent à plus haute altitude et se répartissent sur un front migratoire plus large. Lorsque les vents sont orientés entre le nord-ouest et l’est, nous voyons en général peu d’oiseaux.

Historique du suivi postnuptial

Bien avant les années 1980, divers ornithologues alsaciens ont noté l’existence d’un passage postnuptial marqué des passereaux en divers cols vosgiens, les rapaces étant peu représentés. En 1993, des données relatives au Markstein ont été transmises à la centrale ornithologique alsacienne. Le suivi est devenu systématique à partir de 1994. Depuis lors, le comptage est réalisé par une petite équipe de bénévoles locaux qui se rendent sur le site selon leurs disponibilités. L’équipe mutualise les résultats et réalise une synthèse annuelle. Les résultats sont transmis à la LPO Alsace et saisis sur Migraction.

Intérêt ornithologique, espèces emblématiques (suivi postnuptial)

L’effectif des migrateurs observés varie nettement selon les années, au gré des conditions météorologiques (brume, direction du vent), de la pression d’observation et, sûrement aussi, du succès des nichées. 2014 a été la meilleure année avec 308.604 migrateurs comptés en 264h de suivi (du 22 août au 5 déc.). Entre 1994 et 2015 inclus, 119 espèces ont été répertoriées.

Chaque année, le Pinson des arbres arrive en tête. En moyenne il représente quasiment 50% de l’effectif total. Un migrateur sur deux est donc un Pinson des arbres.

Les autres espèces particulièrement bien représentées chaque automne sont : Le Pigeon ramier, le Pinson de Nord, l’Étourneau sansonnet, le Gros-bec, le Chardonneret élégant, la Grive litorne, etc.

Certaines années se singularisent par le flux inhabituel d’une ou de quelques espèces : par exemple 501 Geais des chênes en 1996, 108 Bouvreuils trompeteurs en 2005, 6681 mésanges toutes espèces confondues en 2012.

Nous notons aussi des passages plus anecdotiques : limicoles (5 espèces), pics, les deux grimpereaux, la Fauvette babillarde, le Guêpier d’Europe, le Pouillot siffleur, le Rougequeue à front blanc, le Sizerin flammé, les Gobemouches noir et gris, les Bruants ortolan, des neiges ou fou, les Pies-grièches grise et écorcheur, les Faucons émerillon et hobereau, les Pluviers guignard et doré, la Grue cendrée.

Ce col n’est pas un lieu de passage privilégié pour les rapaces ; c’est cependant un terrain de chasse prisé par l’Épervier et le Faucon pèlerin.

Calendrier, déroulement de la migration postnuptiale

Nos observations commencent courant août mais le passage constaté est alors faible et concerne des insectivores, les fringilles étant des migrateurs plus tardifs. Le flux culmine en octobre et reste assez nourri en novembre. Octobre est le meilleur mois, tant pour la diversité des espèces que pour le nombre de migrateurs. Le tarissement du flux migratoire et les conditions météorologiques déterminent la date de la fin de la saison d’observation. Généralement le passage devient négligeable après la mi-novembre. Le plus souvent, la clôture des comptages se fait vers la troisième semaine de novembre, rarement début décembre. Ce sont majoritairement des passereaux qui empruntent ce col ; les trois premières heures du jour sont donc généralement les plus intéressantes. Toutefois, pour les rapaces, ce sont les heures plus chaudes qui conviennent mieux.

Présentation du site prénuptial : Markstein-ferme

Différent du site de suivi postnuptial, le site de suivi prénuptial se trouve environ 1,5km à l’est du précédent. Situé au pied du Marksteinkopf, à près de 1200 m d’altitude, il est très rapidement atteint à pied, depuis le parking de la ferme du Markstein, distant de 150 m. Ses coordonnées GPS sont : 47°55'24.77"N  et  7° 2'12.56"E.

http://files.biolovision.net/www.migraction.net/userfiles/image/CartoPrNuptial1.jpg

Carte localisant les 2 sites de suivi : 

http://files.biolovision.net/www.migraction.net/userfiles/image/CartoPrNuptial2.jpg

Nous sommes postés sur les chaumes, souvent encore enneigées, avec une très bonne vue, entre le sud-est et l’ouest, d’où viennent les oiseaux. Nous pouvons les observer longtemps avant qu’ils ne passent au-dessus de nous ou au-dessus du parking. La vue panoramique sur la vallée de Thann, la plaine d’Alsace et, souvent, jusqu’à la chaîne des Alpes, est splendide.

Contrairement à la migration postnuptiale, les vents favorisant l’observation d’un maximum d’oiseaux sont d’est et de nord-est.Plus ces vents sont forts, plus les migrateurs sont canalisés, passent à faible hauteur et sont alors plus faciles à compter.

Les oiseaux de passage sont globalement moins nombreux au printemps qu’à l’automne. À cette période, la migration est plus concentrée dans le temps : 2 mois (mi-février à mi-avril) au lieu de presque 4 mois en automne (fin juillet à fin novembre). Ceci est dû à la brièveté du créneau temporel disponible pour la nidification (surtout pour les oiseaux les plus nordiques) et à l'empressement des mâles à parvenir les premiers sur leurs territoires !  Le passage culmine à la mi-mars.

Historique du suivi prénuptial

Au printemps, la migration sur les cols alsaciens n’a presque jamais été suivie. Peut-être faute de découverte de sites favorables, mais probablement en raison des difficultés d’accès aux sommets, souvent encore enneigés à la période favorable (mi-février à mi-avril).

Le suivi de la migration prénuptiale a commencé en 2012, mais l’observation n’a pu se faire qu’en mars pour des raisons de météo défavorable. Cependant, les résultats encourageants (51.874 oiseaux migrateurs) nous ont incités à poursuivre les observations les années suivantes.

Intérêt ornithologique, espèces emblématiques (suivi prénuptial)

L’année 2015 nous a permis de comptabiliser plus de 86 000 oiseaux migrateurs du 8 mars au 15 avril.
Comme en automne, les Pinsons des arbres sont majoritaires mais leur proportion est plus forte que lors du passage postnuptial, environ 85% contre 50 %. Nous observons une bonne soixante d’espèces. Nombre d’oiseaux « locaux » chantent déjà sur place à cette période ; ceci ajoute un agréable attrait au suivi printanier.

Calendrier et déroulement de la migration prénuptiale

Sur les 4 années de comptage (2012 à 2015), les dates extrêmes de suivi sont le 3 mars et le 17 avril. Nous supposons que le passage commence vers la mi-février, mais les conditions météo entravent la plupart du temps le bon déroulement du suivi. Nous avons constaté qu’après la mi-avril le passage est vraiment très faible.

Les séances se font de préférence de l’aube jusqu’en fin de matinée et, rarement, l’après-midi. L’interruption du suivi est majoritairement due aux conditions météo défavorables : brume, neige, vent fort ou mal orienté (ouest ou sud-ouest).

Modalités d'accueil

Il n’y a pas de permanence assurée, le comptage étant effectué par des bénévoles au gré de leurs disponibilités. Cependant, ces dernières années la couverture de la période du 25 septembre au 10 novembre est de plus de 80%.

Accès

Quatre routes permettent l’accès à la station du Markstein, mais seules deux sont praticables quelle que soit la saison. En hiver, leur déneigement est assuré et les équipements adéquats sont recommandés.

- accès par la vallée de Guebwiller via le lac de la Lauch, D430 (25 km).
- accès par la vallée de Thann via le lac de Kruth-Wildenstein, D27 (36 km).

Lors du passage postnuptial, l’accès au site est aussi possible par la route des crêtes, D27, via le Grand Ballon, le col de la Schlucht ou Munster. Cette route n’étant pas déneigée, elle est fermée depuis les premières neiges jusqu’au début du printemps.

Hébergements et restaurations conseillés

• Ville la plus proche : GUEBWILLER (68500), à 25 km du Markstein.

• Office de tourisme de Guebwiller
Tel : 00 33 (0)3 89 76 10 63 et 
E-Mail : http://www.tourisme-guebwiller.fr/

 

• Restaurant Wolf (SA)

Route des Crêtes, 68610 MARKSTEIN

Tel : 00 33 (0)3 89 82 64 36 et E-Mail : http://www.hotelwolf.info/ ou mailto:hotelwolf@aol.com

• Restaurant Le Tremplin - Speck Sports

Route des crêtes, 68610 MARKSTEIN

Tel : 00 33 (0)3 89 38 25 92 et Email : http://www.tourisme-alsace.com/fr/233001138-Le-Tremplin.html ou mailto: info@speck-sports.com

• Ferme Auberge du Treh

68610 MARKSTEIN

Tel : 00 33 (0)3 89 39 16 79 et Email : http://www.fermeauberge-treh.fr/

• Ferme du Markstein  (à 200 m du site prénuptial)

68610 LAUTENBACH

Tel : 00 33 (0)3 89 82 61 84 et Email : http://www.ferme-du-markstein.fr/

Contacts

• LPO Alsace
8 rue Adèle Riton
67000 STRASBOURG
Tél. : 00 33 (0)3 88 22 07 35
E-mail :
mailto:alsace@lpo.fr

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2017