fr
de
it
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
Base de données
 - 
Accueil base de données
 - 
Notre charte
  Les observations
    - 
Synthèse annuelle
  Les galeries
    - 
Toutes les photos
  Statistiques d'utilisation
Qu'est-ce que la migration ?
Les sites de migration
 - 
Bilans des suivis
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Présentation des sites
Connaître les migrateurs
Ressources et liens
La mission migration
Les partenaires
Toutes les nouvelles :
Présentation
Les synthèses
Les nouvelles
Les bilans
Les dernières nouvelles de chaque site

Afficher:
page :
 
<
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nombre : 1412
Pointe de Grave - mercredi 28 mars 2018

Retour au calme sur la Pointe de Grave

Après la fameuse journée de déblocage du 19 mars, plusieurs matinées sympathiques ont permis aux observateurs de recenser un cortège de passereaux toujours plus diversifié : bergeronnettes des ruisseaux et printanières, gros-becs casse-noyaux, pipits des arbres, bouvreuils pivoines, bruants jaunes...

Depuis, les conditions météorologiques se sont dégradées et les effectifs d'oiseaux observés restent faibles. Heureusement, les goélands sont toujours présents, pour le plus grand bonheur des observateurs !

On notera tout de même la première matinée riche en turdidés ce dimanche 25 mars dernier (493 grives musiciennes, 125 grives mauvis et 6 grives draines), ainsi que deux nouvelles espèces observées chez les rapaces : le Balbuzard pêcheur et le Busard pâle. Seul le premier a bien voulu passer l'estuaire, mais le Busard ne devrait pas tarder et les observateurs l'attendent de pied ferme !

Le 8 avril prochain, nous organisons une journée portes-ouvertes sur la Pointe de Grave, on vous en parle très prochainement !

Pour consulter le Guide de l'écovolontaire, c'est par ici :
http://bit.ly/2IaEZxP

Cette année encore, le programme d’étude de la migration à la Pointe de Grave bénéficie du soutien financier du Conseil Départemental de la Gironde et du Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine.

L’image contient peut-être : ciel, nuage et nature
Photographie : Vol de goélands bruns © LPO
A bientôt,
L'équipe de la Pointe
 
posté par Laurent Couzi, édité par Anonyme
Pointe de Grave - vendredi 23 mars 2018

Remarquable journée et exceptionnel passage de pinsons du Nord sur la Pointe de Grave !

Ce lundi 19 mars fut à la fois la journée la plus éprouvante en termes de conditions météorologiques et le meilleur jour pour la migration des oiseaux pour les observateurs ! Après trois semaines de passage au compte-gouttes, le vent a soudainement viré au nord et ce sont 21 387 individus qui ont été observés en quelques heures à la Pointe !

Malgré le vent, la pluie et même la neige, l'équipe d'observateurs a pu recenser 12 350 pinsons, 6 530 pipits, 990 bergeronnettes et près de 400 oiseaux parmi les autres passereaux. Phénomène particulièrement remarquable, le record saisonnier du nombre de pinsons du Nord a bel et bien triplé en une seule matinée : 1 538 individus comptabilisés, du jamais vu à la Pointe ! Pour cet hivernant de nos régions nichant dans les bois de bouleaux et de conifères des hauteurs scandinaves, le maximum plafonnait jusqu'à aujourd'hui à 519 individus observés sur la totalité de la saison (printemps 2011).

Si le passage des passereaux fut le plus impressionnant, d'autres espèces sont également venues enrichir la liste de nos observations : barges à queues noires, bernaches cravants, chevaliers gambettes, hérons cendrés, mouettes rieuses, goélands bruns... Au total, 37 espèces ont été recensées. Nombre et diversité était donc au rendez-vous pour cette superbe matinée de migration !

Pour rejoindre l'aventure, consultez le Guide de l'écovolontaire : https://bit.ly/2IaEZxP

A bientôt,

L'équipe Pointe de Grave

-0:07
 
 
Vidéo © Adrien De Montaudouin
 
posté par Laurent Couzi, édité par Anonyme
Pointe de Grave - lundi 19 mars 2018

Enfin quelques belles journées de migration à la Pointe de Grave !

D'abord un fort vent d'ouest a permis d'observer des flux réguliers de goélands bruns. Près de 14 000 individus ont été observés sur la saison. Ces conditions favorisent également l'observation d'oiseaux pélagiques rabattus vers la côte comme le Grand labbe. Un individu est passé à quelques mètres des personnes présentes sur le point d'observation avant de se poser sur la plage. Une superbe observation !

Dans un second temps, le vent tournant à l'est a engendré le premier passage conséquent de passereaux. En quelques heures, 1 300 oiseaux ont pu être observés, principalement des fringilles mais également une centaine d'hirondelles, dont deux hirondelles rousselines. Simultanément, les premiers traquets et rougequeues noirs en halte sont arrivés sur le site.

Toujours peu d'individus recensés chez les rapaces, mais les observateurs ont quand même pu profiter d'une belle observation d'Autour des palombes passé juste au-dessus du site, une espèce rarement contactée à la Pointe de Grave.

Ces résultats sont encore très loin des grosses journées de migration tant attendues mais remontent le moral des troupes !

A bientôt sur le spot,

L'équipe Pointe de Grave

L’image contient peut-être : oiseau et plein air
Photographie : Rougequeue noir © Adrien De Montaudouin
 
posté par Laurent Couzi, édité par Anonyme
Pointe de Grave - mercredi 14 mars 2018

À la Pointe de Grave, le suivi continu !

Avec la saison qui avance, le nombre d'oiseaux observés sur la Pointe de Grave augmente de jour en jour. Les conditions météorologiques ne se sont guère améliorées et le passage est toujours timide mais les résultats sont tout de même encourageants.

Le cortège de passereaux se diversifie et les pinsons, pipits et bergeronnettes sont rejoints par les premiers chardonnerets, serins, verdiers, bruants, tarins, linottes et mésanges.

Côté rapaces, Circaète Jean-le-Blanc, Épervier d'Europe, Faucon crécerelle et Faucon émerillon ont montré le bout de leur bec tandis qu'un second Élanion blanc est passé juste au-dessus des observateurs.

L'annonce d'un déblocage à Gibraltar est prometteur pour les jours à venir et les observateurs partagent avec les visiteurs d'un jour leurs connaissances sur les critères de détermination, en attendant que le vent tourne enfin !

A bientôt,

L'équipe Pointe de Grave

L’image contient peut-être : une personne ou plus, ciel, plein air et nature
L’image contient peut-être : une personne ou plus, ciel, nuage, océan, enfant, plante, arbre, plein air, nature et eau
 
Photos © Axelle Denis
 
posté par Laurent Couzi, édité par Anonyme
Pointe de Grave - mercredi 7 mars 2018

Bonjour à tous,

À l'approche du printemps, les oiseaux migrateurs ayant passé l'hiver en Péninsule Ibérique – et pour nombre d'entres eux, au sud du Sahara (hirondelles, pouillots et autres très frêles migrateurs) – entreprennent un grand voyage printanier afin de regagner leurs quartiers de nidification plus nordiques : en France, mais bien plus largement au-delà, jusqu’en Scandinavie, voire en Sibérie. Comme chaque année depuis 35 ans, le suivi de la migration à la Pointe de Grave (Le Verdon-sur-Mer) a débuté le 1er mars.

Située en bord de mer, la Pointe de Grave permet d'observer une très grande diversité  d’espèces, allant des nombreux oiseaux marins et côtiers jusqu’aux passereaux (244 espèces migratrices y ont été recensées à ce jour). L'estuaire de la Gironde agit comme un entonnoir pour les oiseaux, leur évitant de traverser les grandes étendues d'eau. Stratégiquement placé, le site permet d'observer de nombreuses espèces sur leur route migratoire. Hirondelles, mésanges, grives, pigeons, bécasseaux, spatules blanches, goélands, loriots, tourterelles des bois, milans et busards sont observés chaque année... En 2017, plus de 470 000 oiseaux migrateurs y ont été recensés.

Ce suivi, sur le long terme, a pour objectif d'améliorer les connaissances sur l’évolution des populations d'oiseaux, et ainsi de diagnostiquer leurs tendances. Mais aussi, de synthétiser les informations primordiales pour assurer la conservation des espèces, dont certaines subissent un déclin parfois alarmant ces dernières années. Cette étude est également l'occasion de faire découvrir, connaître et partager au plus grand nombre cette thématique. Celle des oiseaux migrateurs et, au travers de ceux-ci, les grands enjeux de la biodiversité.

Ce printemps commence tout en douceur avec plusieurs averses et un fort vent de sud peu favorable à l'observation des migrateurs. Malgré tout, de beaux groupes de goélands et de canards passent sur fond de mer, tandis que les premiers passereaux, milans et busards, vanneaux et spatules franchissent l'estuaire. Une journée particulièrement remarquable est à noter, le mardi 6 mars, ponctuée de très belles observations : un Élanion blanc, un groupe de 14 mouettes pygmées et un Goéland bourgmestre. Certains oiseaux profitent également du site pour y faire halte. Ainsi, en ce début de saison 2018, les observateurs ont été accompagnés, entre autres, par des tariers pâtres et un Pluvier doré peu farouche.

Cette expérience, ouverte à tous, est le moment idéal pour découvrir ou redécouvrir l'écologie des oiseaux et pouvoir profiter du fascinant spectacle de la migration. Débutants ou confirmés, pour quelques heures ou plusieurs semaines, les observateurs professionnels vous y attendent pour que vous puissiez, à leur côté, partager leur passion et œuvrer ensemble pour l'avenir des oiseaux migrateurs.

A bienôt !

L'équipe de la Pointe de Grave


 
posté par Laurent Couzi, édité par Anonyme
La mission migration - mardi 6 mars 2018

Votre photo dans l'Atlas national des oiseaux migrateurs !  

Que vous soyez photographe confirmé ou amateur venez contribuer à la réalisation de l'Atlas ! La LPO et la Mission Migration, en collaboration avec le MNHN, se sont associés pour lancer la production du premier Atlas des Oiseaux Migrateurs de France. L’objectif est de mettre à jour et valoriser les connaissances ornithologiques sur les axes migratoires, l’origine, la destination, la phénologie de passage et les tendances démographiques de ces espèces. Ce projet inédit et novateur couvre environ 320 espèces utilisant le territoire métropolitain au cours de leurs migrations et compile les données obtenues par différentes méthodes de suivis (données de baguage, des grands sites de suivi de la migration, de tracking, etc.). Rendez-vous sur le site Faune-France pour plus d’informations.

Nous recherchons pour ce livre une ou plusieurs photos pour chaque espèce qui fera l'objet d'une monographie (cf liste en pj). Une seule condition requise : la photo doit concerner des oiseaux en migration (préférentiellement en vol mais également en halte migratoire, posés, etc.).
Dans la mesure du possible, chaque photo devra être accompagnée d’une légende reprenant le contexte de la prise de vue (lieu, date, comportement des individus, etc.). Les photos d’origine devront être envoyées sous format .tif ou .jpg, avec une résolution de 300 dpi et dans l’un des formats suivants :

·         Largeur de 84.5 mm ou 998 pixels en 300 dpi

·         Largeur de 104.5 mm ou 1234 pixels en 300 dpi

·         Largeur de 175 mm ou 2067 pixels en 300 dpi

·         Largeur de 215 mm ou 2539 pixels en 300 dpi

Pour nommer la photo : Nom commun de l’espèce_Nom Prénom du photographe

Pour la légende, vous disposez de 100 caractères espaces compris à transmettre par mail lors de l’envoi des photos.

Merci pour votre participation

Contact : marie.houle@lpo.fr

Photo: Bondrée apivore survolant le col d'Organbidexka le 26/08/2016 (c) Rémy Bléhaut

 

 

Document à télécharger :  liste des espèces

 
posté par Jérémy Dupuy Pro, édité par Anonyme
Col de l'Escrinet - jeudi 1 mars 2018

Le suivi de la migration au Col de l’Escrinet a commencé depuis une semaine. Nous avons déjà observé plus de 500 buses variables et 123 milans royaux ainsi que les 3 premiers milans noirs de la saison, le premier est passé le 18 février. Deux cigognes noires 2 blanches et 32 grues cendrées ont été notées et nous avons également eu le plaisir d’admirer le passage rarissime de 6 oies cendrées le 24 février. Le passage des passereaux est anormalement faible à cause des températures particulièrement basses et du vent trop fort : seulement 1979 pinsons des arbres, mais cependant 1500 alouettes des champs et 11 648 étourneaux sansonnets ! Nous attendons les migrateurs très nombreux en mars, dès la fin de ces épisodes météorologique perturbés.

Nous transmettons nos données tous les jours sur www.migraction.net et nous publions des nouvelles et des photos régulièrement sur la page facebook : Migraction Escrinet

Un appel à dons a été publié afin de nous aider à financer le suivi : https//auvergne-rhone-alpes.lpo.fr/IMG/pdf/lpo-aura-escrinet-appel-a-dons-2018.pdf

Un grand merci aux donateurs !

Ci-dessous le programme du mois de mars :

Samedi 03 et dimanche 04 mars : deux journées de formation à l’identification des oiseaux en migration. Formation réservée aux adhérents LPO et FRAPNA Ardèche

Samedi 10 mars : formation au protocole de comptage des oiseaux migrateurs.

Dimanche 11 mars : comptage simultané sur les cols Ardéchois. Nous avons besoin de bénévoles.

Dimanche 18 mars : formation à l’identification des rapaces.

Samedi 24 et dimanche 25 mars : c’est le weekend tête en l’air ! Le dimanche 25, la sortie officielle du livre « Heureux de nature » avec dédicace par son auteur Frédéric Dupire et apéritif offert.

N’hésitez pas à venir nous rejoindre sur le col pour venir admirer le passage des oiseaux migrateurs avec nous. Nous y sommes présent jusqu’au 22 avril tous les jours du lever au coucher du soleil.

Un gite est disponible pour accueillir des bénévoles. Contact louis.felix@orange.fr ou 06 47 96 67 12

A bientôt sur le col !

L’équipe de l’Escrinet

 

 
posté par Permanents LPO Rhône-Alpes, édité par Anonyme
Colline de Sion - jeudi 1 février 2018

Nostalgie Migr'à Sion 2017: La nouvelle saga de l'automne, maintenant disponible dans les bacs

Vous avez adoré le dernier Chouette bilan que nous vous avions recommandé ?

Vous trépignez d'impatience à l'idée d'en dévorer un deuxième ?

Alors, réjouissez-vous, la synthèse Migr'à'Sion 2017 est arrivée ! Et c'est avec une grande joie que nous vous présentons notre nouvelle saison  !

Revivez, comme si vous y étiez, le suivi légendaire des oiseaux migrateurs !


En vous plongeant dans la lecture de ces 93 pages,vous voguerez à travers vents et brouillards sur le dos des Grues cendrées, vous  vous délecterez des nuées de Pigeons ramiers, vous découvrirez des espèces rares dont vous ne soupçonniez même pas l'existence ,  et vous revivrez le plus grand tournoi de Mölky que la Lorraine n'avait encore osé organiser... du pur bonheur !

http://www.lorraine-association-nature.com/files/upload/Synth%C3%A8se-migraSion-2017.pdf

Au plaisir de vous (re)croiser sur la Colline à l'automne prochain, car n'oubliez pas la Migr'à Sion est une véritable saga qui n'est pas prête de s'arrêter!

Au plaisir,

Les spotteurs de la Migr'à Sion!

 
posté par Lorraine Association Nature*, édité par Anonyme
La mission migration - mardi 5 décembre 2017

Un Atlas pour mieux connaître les migrateurs en  France!

La migration occupe une place centrale de l’écologie d’une majorité d’espèces de l’avifaune des zones tempérées. En France, ce phénomène a fait l’objet de nombreux travaux, notamment pour déterminer le trajet, les zones d’hivernage et les stratégies mises en œuvre par les migrateurs au cours de leur cycle. Bien qu’il existe de nombreuses études du phénomène à un niveau spécifique, il n’existe pas encore de synthèse globale des connaissances à l’échelle nationale.

En 2017, la LPO et la Mission Migration, en collaboration avec le MNHN, se sont associés pour lancer la production du premier Atlas des Oiseaux Migrateurs de France. L’objectif est de mettre à jour et valoriser les connaissances ornithologiques sur les axes migratoires, l’origine, la destination, la phénologie de passage et les tendances démographiques de ces espèces. Ce projet inédit et novateur couvre environ 330 espèces utilisant le territoire métropolitain au cours de leurs migrations et compile les données obtenues par différentes méthodes de suivis. 

Pour répondre à ces objectifs, l’atlas fera appel à trois grands types de données. De plus en plus nombreuses chaque année, les données opportunistes sont collectées par l’ensemble des observateurs professionnels ou amateurs, rassemblées au sein de faune-France et des bases de données régionales participatives. Sur l’ensemble du réseau, ce sont près de 50 millions de données qui vont être exploitées afin de dessiner des phénologies précises des migrateurs.

Les programmes annuels des grands sites de suivi de migration, principalement au niveau des pointes littorales et des cols montagneux, recensent les oiseaux migrateurs depuis plusieurs dizaines d'années et nous permettent donc d'étudier leur évolution.

Enfin, nous utiliserons les données issues des programmes de baguage, de suivi par balise/GPS, qui apporteront des précisions sur les trajets empruntés, les zones et les durées de halte, etc.

Pour chaque espèce, ces analyses permettront d’enrichir les connaissances sur l’écologie des oiseaux et pourront s’inscrire dans une démarche de conservation. De plus, les carences en matière de connaissance pour certaines espèces seront mises en évidence.

Parallèlement à l’avancement de cet atlas, vous trouverez régulièrement des informations sur faune-France, dans la rubrique « Atlas national des oiseaux migrateurs ».

Contact : jeremy.dupuy@lpo.fr

Cigognes blanches au-dessus du col d’Organbidexka (c) Remy Bléhaut

 

 
posté par Jérémy Dupuy Pro, édité par Anonyme
Brassoir - mardi 5 décembre 2017

  BILAN DE LA MIGRATION POSTNUPTIALE A BRASSOIR (60) EN 2017

Cette année, nous avons été présent du lundi 14 août au dimanche 19 novembre . Ce sont 73 jours et 444h30 passés à scruter le ciel en compagnie de 11 observateurs.

Des effectifs saisonniers record pour de nombreuses espèces

Parmi les effectifs important , les grands échassiers ont été à l'honneur : La Grande Aigrette continue sa progression entamée depuis 2000 . La Cigogne blanche a explosé  grâce à une nidification exceptionnelle et un meilleur ciblage des conditions de migration. Le passage est digne des cols pyrénéens (n=1204).Le record journalier et en un seul vol a été pulvérisé avec 336 oiseaux posé la veille devant le spot et prenant une pompe le 23 août au dessus de la forêt de Retz.

Les rapaces ne sont pas en reste non plus  avec des effectifs au dessus de la moyenne. C'est le cas pour la Bondrée apivore, le Busard des roseaux toujours en progression, La Buse variable  et le Faucon crécerelle.

Côté passereau, le passage des hirondelles rustique a été bien perçu grâce à des vents de secteur ouest dominant. Nous avons également atteint des records pour les motacillidés comme par exemple 588 bergeronnettes printanière, 39 bergeronnettes des ruisseaux, 4262 bergeronnettes grise. Pour les turdidés nous avons eu des effectifs important, avec 753 grives mauvis et 191 grives draine. Enfin côté fringilles la palme revient au Grobec casse noyaux, ainsi qu'au Chardonneret élégant avec respectivement 243 et 260 oiseaux.

Les espèces exceptionnelles en 2017

Cette année nous avons eu la chance d'avoir  le Guêpier d'Europe (première pour le site), dont un vol migratoire a été repéré le 27 aout. Puis ce fut l'observation d'un héron pourpé le  1er septembre. Enfin un passage de sizerins flammé/cabaret a été remarqué entre le 20 et le 30 octobre.

Une baisse d'effectifs significative pour certains migrateurs

La forte tendance à la baisse de certaines espèces a été notée,  par rapport à la moyenne des  5 précédentes  années de suivi (2012-2016) : en tête nous trouvons le Pluvier doré (-74,6%), puis l'Alouette des champs (-73,93%), le Corbeau freux (-61.99%), et enfin  le Pigeon ramier (-38%) et le Vanneau huppé (-31,61%). 

Conclusion

Ce suivi 2017 aura été plein de belles émotions naturalistes . Il est à rappeler que notre collectif est entièrement bénévole. Il étoffe doucement ses effectifs au fil des années. Je tiens à remercier particulièrement mes  compagnons présent depuis la reprise des comptages en 2012 :  Patrick, Pascal et Rémi,  Jean Paul.  Les projets pour 2018 :  des formations spécifiques sur le terrain, afin d'inciter  de nouveaux membres à nous rejoindre...  

Henry de Lestanville

Coordinateur bénévole du Collectif de Brassoir

 

 
posté par Henry de Lestanville, édité par Anonyme
page :
 
<
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nombre : 1412
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018