fr
de
it
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
Base de données
 - 
Accueil base de données
 - 
Notre charte
  Les observations
    - 
Synthèse annuelle
  Les galeries
    - 
Toutes les photos
  Statistiques d'utilisation
Qu'est-ce que la migration ?
Les sites de migration
 - 
Bilans des suivis
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Présentation des sites
Connaître les migrateurs
Ressources et liens
La mission migration
Les partenaires
Toutes les nouvelles :
Présentation
Les synthèses
Les nouvelles
Les bilans
Les dernières nouvelles de chaque site

Afficher:
page :
|<
<
8
9
10
11
12
13
14
15
16
>
>|
Nbre/page :
nombre : 1411
La mission migration - jeudi 8 novembre 2012

L’effroyable massacre des Faucons de l’Amour en Inde

Le pire massacre de rapaces au monde se déroule dans le Nagaland, un état dans le Nord-est de l’Inde. Des dizaines de milliers de Faucons de l’Amour (Falco amurensis), un petit faucon migrateur, y sont tués pour la consommation. Conservation India  estime que pendant le pic migratoire les chasseurs tuent 12 000 à 14 000 Faucons de l’Amour par jour. Chaque année, 120 000 à 140 000 Faucons de l’Amour sont massacrés au Nagaland durant la période de migration, principalement en octobre. Attention : certaines images sont choquantes !

Lien: http://www.conservationindia.org/campaigns/amur-massacre

Le Faucon de l’Amour, nommé après le fleuve d’Asie, est l’équivalent oriental du Faucon kobez. Il niche dans le Sud-est de la Sibérie et en Chine et hiverne en Afrique australe. Il est probable que les Faucons de l’Amour se rassemblent davantage dans le Nagaland depuis la construction d’un barrage. En Afrique aussi, on peut observer des concentrations importantes : à Harare, la capitale du Zimbabwe, des milliers de Faucons de l’Amour – épaule contre épaule - peuvent couvrir les lignes électriques sur des kilomètres ! Pour combien de temps encore ?

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
Cap Ferret - mercredi 7 novembre 2012

JOURNEE EXCEPTIONNELLE DE MIGRATION... ET DE CHASSE

Bonjour à tous,

Ce matin, météo inédite pour novembre qui avait été venteux et humide jusqu'ici. Ciel dégagé et vent d'est léger et température très basse. Résultat: une arrivée massive de pigeons (environ 50 000, passant trop haut pour être visé par les chasseurs) et des grives (plus de 2000). Elles, malheureusement, passaient assez bas et tous les groupes ont perdu plusieurs individus en survolant le Cap Ferret. Des oiseaux visibles (sous-estimés car un seul observateur), environ 2500 grives sont passées et 170 tuées plus quelques-unes blessées...

A part le "gibier", au moins 30 000 oiseaux d'une cinquantaine d'espèces ont voyagé via le Cap Ferret aujourd'hui, soit un total de plus de 80 000 oiseaux (encore une fois, sous-estimé car un seul observateur).

Au rang des oiseaux rares sur le site (et même en France pour les trois premiers), notons les Bruants rustique et nain, le Pouillot brun, le Moineau soulcie et le Sizerin flammé. Peu fréquents, on peut aussi souligner un Plongeon imbrin et un Pipit de Richard. Parmi les nombres particulièrement élevés pour le Cap Ferret, notons:

  • Etourneau sansonnet: près de 10 000, la meilleure journée de l'année
     
  • Pouillot véloce: 43 (on vient de passer les mille pour la saison)
     
  • Roitelet huppé: 69 (348 pour la saison)
     
  • Pinson du Nord: 1247 (sans parler de non-identifiés)
     
  • Serin cini: 182 (excellent total pour le site)
     
  • Tarin des aulnes: encore 703 (plus de 30 000 sur la saison!)
     
  • Bruant des roseaux: 413 (plus de 3600 pour la saison)
     

Au rang des tardifs, encore deux Hirondelles rustiques et un Pouillot fitis.

Anecdotique, 5 Corneilles noires et 2 Moineaux domestiques traversent le bassin d'Arcachon.

Bonnes observations

Valéry Schollaert

 
posté par Laurent Couzi, édité par Anonyme
Col d'Organbidexka - samedi 3 novembre 2012

Col d’Organbidexka, jour 101 à 110

Nous avons attaqué cette période avec de petites journées. Le temps plutôt pluvieux ou brumeux expliquait ce faible passage. Mais quatre belles journées successives ont suivi...

Le samedi 27 octobre, nous avons vu passer 94 milans royaux, 150 grands cormorans, et quelques grues cendrées depuis la Ruche sous les premiers flocons de neige. Les premières batailles de boules ont été déclarées mais aucune guerre de gagnée pour l'instant.

Ces premiers flocons annonçaient une vague de froid et les oiseaux en suivant. En effet, toute la nuit les grues se sont faites entendre et cela a continué tout le lendemain. Des dizaines de vols se succédant sur fond de montagnes enneigées. Superbe spectacle pour un total de presque 11 000 grues !

Le lendemain nous assistons à un déblocage avec le passage de 453 milans royaux, 32 Eperviers d'Europe 7150 Pigeons et 1082 Grues. Nous dépassons les 5000 milans royaux, ce qui fait de 2012 l’année du plus grand effectif enregistré à Organbi à ce jour.

Enfin, cette série se termine avec les spectacles exceptionnels qui ce sont offerts à nous le 30 octobre! Tout d'abord, nous avons pu observer un Hibou des marais traversant les montagnes en milieu de journée ! Et en fin de journée, alors que le col était occupé par de nombreux bénévoles et de visiteurs sympathisant, un magnifique Aigle criard adulte nous est arrivé très bas avant de cercler juste au-dessus de notre tête, nous laissant tout le temps de le contempler et de le photographier. C’était la première donnée pour Organbidexka, et quelle donnée !

Ensuite les vents ont inhibé quasi-complètement la migration. Heureusement, pour nous distraire et nous remplir la panse, nous sommes allés à Echalard pour se retrouver entre collègues et amis des trois sites de migration autour d'un bon repas.

Nous avons également fait de nombreuses observations des rapaces locaux emblématiques des Pyrénées comme le Gypaète barbu ainsi que l'Aigle royal.

L'équipe d'Organbi

 
posté par Jean-Paul (O) Urcun, édité par Anonyme
Colline de Sion - mardi 30 octobre 2012

Colline de Sion

Alors que la barre symbolique des 300 000 migrateurs sur la colline s'approche dangeureusement, les spotteuses frissonnent à la vue des premières neiges et d'un petit bruant tout blanc (2nd mention pour le site d'un Bruant des neiges).

Retour en image du week-end.

Beau passage de grues sur toute la région, et du coup même les médias ont levé les yeux!

Résultat, le camp de migr' à Sion de LOANA s'est invité en une du journal régional de France 3 ce dimanche.

Pour voir ou revoir la vidéo cliquez ICI

Bon visionnage ,,,,

LOLO

 
posté par Lorraine Association Nature*, édité par Anonyme
La mission migration - lundi 29 octobre 2012

La semaine des pigeons

La fin de la semaine 43 (22-28 octobre 2012) était marquée par la première offensive de l’hiver avec de la neige précoce en basse altitude sur la moitié nord de la France ainsi que par des vents violents dans le Sud-Est. Dans l'ensemble, c'était une semaine variée pour la migration avec 220 espèces observées.

Sans conteste, l’espèce reine de la semaine était le Pigeon ramier. Nos spotteurs ont observé environ 1,3 millions de pigeons (881 389 indéterminés, 407 122 ramiers et 9788 colombins). Cela constitue 68% des oiseaux observés la semaine passée, toutes espèces confondues. La première vague importante de Grues cendrées (42 710) traverse le pays en arrivant par l’Allemagne : http://www.ornitho.de/index.php?m_id=30094.

Notons aussi 233 546 Pinsons des arbres, 156 219 Etourneaux, 31 995 Alouettes des champs, 16 210 Chardonnerets, 15 005 Grands Cormorans, et 12 546 Tarins.

La migration des oiseaux d’eau est surtout visible le long du littoral dans le Nord-Ouest de la France avec 5804 Bernaches cravant, dont 67 de la sous-espèce hrota. L’un des meilleurs sites pour observer les Bernaches cravant à ventre pâle en migration active (65 le 25/10) est la pointe du Hoc dans le Calvados. A partir d’ici, ces Bernaches du Groenland et du Canada ne longent plus la côte et traversent la presqu’île du Cotentin vers leurs sites d’hivernage dans la Manche. Notons aussi  1446 Canards pilets et 1082 siffleurs.

Côté rapaces, on peut citer 6093 Buses variables, 4646 Milans royaux, 609 Faucons crécerelles et 321 Busards Saint-Martin.

Parmi les espèces rares, il y a un Bruant rustique (26/10 au Cap Ferret), un Aigle pomarin (24/10 à Lizarrieta), un Busard pâle (22/10 à Lindux), un Elanion (25/10 à Lindux), un Pipit de Richard (24/10 au Cap Ferret), deux Pouillots à grands sourcils (25/10, Pointe de Chassiron et Cap Ferret) et un Mergule nain (27/10 à la pointe du Hoc).

Photo: Pigeon ramier (Jan Nijendijk, Saxifraga)

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
Col d'Organbidexka - samedi 27 octobre 2012

Col d’Organbidexka, jour 90 à jour 100

Cette dizaine a commencé avec le pic d’Orhy enneigé et un fort vent du sud (encore lui !) pour plusieurs jours. Après cela, orage historique avec vingt centimètres d’eau tombés en 24 heures ! Les jours de pluies ce sont succédé et nous suivions à distance l’arrivée des pigeons. Les chiffres montaient plus au nord, l’impatience montait sur le col, la rumeur d’un déblocage se faisait entendre !

Lundi 22 octobre, le temps s’ouvre et les oiseaux sont effectivement là : un passage incessant toute la journée pour  un  total de presque 15 000 pigeons, plus de 400 milans royaux, 643 grues cendrées et 906 cormorans ! Premier passage significatif de grues ! Mais nous n’allions pas en rester là. Le lendemain c’est reparti, en plus fort : 52 435 pigeons ! Ajoutés aux totaux de Lindus, Lizarrieta cela fait un total de 700 000 pigeons comptés dans la journée.

Heureusement il y avait du monde pour compter tout ça. Ces derniers temps, le chalet est rempli de bénévoles motivés, auxquels s’ajoute le groupe participant à la formation spotteur qui s’est déroulée cette semaine.

Les passereaux sont passés en masse avec de gros flux de pinsons des arbres, pipits farlouses, chardonnerets, linottes, quelques verdiers et les pinsons du nord sont de plus en plus présents. Nous avons également eu un beau passage de turdidés ces derniers jours avec le premier Merle à plastron et beaucoup de grives draines.

Enfin nous avons une surprise de taille : un accouplement de gypaètes en direct dans la longue-vue ! A noter également un Milan noir retardataire.

Sur ce, la neige est annoncée, on attend ça avec impatience !

L’équipe d’Organbi

 
posté par Jean-Paul (O) Urcun, édité par Anonyme
La mission migration - vendredi 26 octobre 2012

Voici les Grandes Aigrettes: la France se couvre de blanc 

Vous l’aurez remarqué : il y a de plus en plus de Grandes Aigrettes. Le pic de migration de l’espèce est vers la mi-octobre. Depuis le début de la saison, nous nous approchons déjà des 500 individus en migration active sur l’ensemble des sites. Si l'été, on observe les Grandes Aigrettes souvent à la pêche aux abords des étangs, l'automne venu elles se nourrissent régulièrement dans les prairies à la recherche de micromammifères. 

Les effectifs de la population traditionnelle, au lac de Neusiedl à la frontière entre l'Autriche et la Hongrie, diminuent. Pour l'hiver, ces oiseaux se déplacent vers le sud. Les nouvelles colonies - en France, aux Pays-Bas, en Pologne, en Biélorussie et en Ukraine - sont en forte croissance. En hiver, ces aigrettes restent à peu près à  la même latitude avec une certaine tendance à effectuer une migration post-nuptiale vers l’ouest. Cette année, l’espèce a niché pour la première fois en Angleterre, en Allemagne et en Belgique.

Aux Pays-Bas, on estime le nombre d’hivernants en 2010/11 à 2300 à 2800 exemplaires. En février 2012, on y a compté un maximum de 917 exemplaires  sur un seul dortoir. Le nombre de nicheurs dans ce pays gravite autour de 150 couples. Aux Pays-Bas, il y a une majorité de lectures de bagues de Grandes Aigrettes d'origine française.

En Allemagne, la situation est spectaculaire. Consultez la carte avec près de 6000 données à partir du 1er septembre 2012 ici: http://www.ornitho.de/index.php?m_id=30071. Une telle carte montre tout l'intérêt d'un affichage national des données ponctuelles qui n'est pas encore disponible pour la France.

Photo : Mark Zekhuis (Saxifraga)

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
La Palle - jeudi 25 octobre 2012

La première journée "découverte" du site de la Palle à Saint-Etienne (Loire)

La première journée "découverte" du site de la Palle s'est déroulée le dimanche 21 octobre 2012 sous une météo calme mais malheureusement assez peu propice au suivi de la migration... En effet, le vent de sud-est a rabattu beaucoup d'oiseaux sur le versant nord de la vallée du Gier, loin de nos jumelles!

La journée a quand même été marquée entre autres par le passage de plus de 2700 pigeons ramiers, de 840 étourneaux sansonnets et de 562 bergeronnettes grises au-dessus de nos têtes. Le passage en migration rampante des mésanges bleues et charbonnières était très sensible mais difficile à quantifier! Un vol de 73 grues cendrées nous a également salué, ce qui constitue le plus gros effectif pour le site depuis 2010 et la première mention de l'espèce cet automne dans la région stephano-lyonnaise!

La prochaine édition de cette journée "découverte" aura lieu le dimanche 13 octobre 2013. D'ici là, le suivi de la saison 2012 se poursuivra par intermittance jusque fin novembre, n'hésitez donc pas à venir y participer si cela vous intéresse!

 

 
posté par Matthias Diot, édité par Anonyme
La mission migration - lundi 22 octobre 2012

Pétition pour préserver l'Océan antarctique

Chères amies, Chers amis,

Je vous écris pour demander votre aide. Dans quelques jours, des gouvernements pourraient commencer à transformer certaines étendues de l'océan Antarctique, pour en faire le plus grand sanctuaire marin du monde, et sauver l’habitat des baleines, des manchots et de milliers d’espèces polaires menacées par les flottes de pêche industrielle.

Mais ils n’agiront que si nous nous faisons entendre, maintenant.

La plupart des pays sont en faveur de ce sanctuaire, mais la Russie, la Corée du Sud et quelques autres pays menacent de voter contre, car ils veulent continuer à piller ces mers maintenant que les autres mers ont été vidées par la pêche intensive. La semaine prochaine, un petit groupe de négociateurs se réunira à huis clos pour prendre une décision. Un tollé citoyen massif peut changer le cours des négociations, isoler ceux qui tentent de bloquer le sanctuaire, et arracher un accord qui protège plus de 6 millions de kilomètres carrés de l'océan Antarctique, si précieux.

Les baleines et les manchots ne peuvent pas plaider pour leur propre cause, donc c'est à nous de les défendre. Cette semaine, nous allons faire changer d’avis les négociateurs avec une immense pression citoyenne - Avaaz va parsemer le lieu de la rencontre d’affiches percutantes, et ensemble et nous remettrons notre message aux délégués en nous faisant entendre sur les réseaux sociaux. Signez cette pétition urgente et envoyez-la à tous vos proches:


http://www.avaaz.org/fr/sauvez_locean_austral/?tbvWQab

Pour plus de 10 000 espèces, ces eaux antarctiques lointaines sont un refuge vital, y compris pour les baleines bleues, les léopards de mer et les manchots empereurs, la plupart de ces espèces ne se trouvent pas dans d’autres régions du monde. Le changement climatique a déjà eu des conséquences tragiques sur leur habitat fragile, mais ils sont aujourd’hui encore plus menacés par les kilomètres de filets dérivants qu'utilise la pêche industrielle dans ces eaux précieuses. Seul un sanctuaire marin augmentera leurs chances de survie.

Le groupe de 25 membres chargé de définir la réglementation applicable à l'océan Antarctique s'est déjà engagé sur la création de ces aires marines protégées. Mais les deux plans en cours de négociation - l'un pour protéger une partie de la fragile mer de Ross et l'autre concernant l'Antarctique oriental - sont menacés d'être affaiblis ou retardés. C'est choquant mais les médias n'ont rien dit des pourparlers en cours et des pays comme la Russie et la Corée du Sud font le pari que leur opposition passera inaperçue. Mais si on jette un coup de projecteur public sur ces négociations, nous pouvons les forcer à reculer, encourager les champions de ces sanctuaires marins comme les États-Unis et l'Union Européenne, et faire pression pour d'encore meilleures protections...

L'avenir de l'Océan Austral est entre nos mains. Mettons une pression massive sur ces discussions et faisons en sorte que les gouvernements privilégient notre planète sur les profits de quelques-uns. Signez et partagez cette pétition avec tous vos contacts:


http://www.avaaz.org/fr/sauvez_locean_austral/?tbvWQab

La communauté Avaaz s'est mobilisée maintes et maintes fois pour protéger nos océans. Nous avons déjà contribué à la création de deux des plus importantes réserves marines dans le monde. Mais les menaces qui pèsent sur nos océans continuent, et une par une, les espèces menacées s'approchent de l'extinction. Rejoignez-moi pour sauver l'océan Antarctique avant qu'il ne soit trop tard.

Remplis d’espoir,

Leonardo DiCaprio et l’équipe d’Avaaz


POUR EN SAVOIR PLUS

La conquête de l’Antarctique se poursuit à vitesse grand V (Géopolis, sur France TV)

http://www.francetv.fr/geopolis/la-conquete-de-lantarctique-se-poursuit-a-vitesse-grand-v-8575

Étape importante dans les discussions sur les aires marines protégées en Antarctique (Commission pour la conservation de la faune et la flore marines de l'Antarctique) http://www.ccamlr.org/fr/news/2012/%C3%A9tape-importante-dans-les-discussions-sur-les-aires-marines-prot%C3%A9g%C3%A9es-en-antarctique
 

Les océans antarctiques sont menacés (L'Alliance de l'Océan Antarctique) http://www.antarcticocean.org/whats-at-stake-fr.php

Rapport circumpolaire de l’AOA – Vision pour la protection circumpolaire (L'Alliance de l'Océan Antarctique)
http://www.antarcticocean.org/pdf/circum/CP-Exec-Sum-French.pdf

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
Vignobles de Bellet - lundi 22 octobre 2012

Migration importante de Pigeons ramiers aux vignobles de Bellet (Nice)

Nous avons pu observer ces trois derniers jours depuis Bellet un très beau pic de passage des Pigeons ramiers.

Pour une fois, les conditions météo nous ont été favorables pendant un week-end, et les observateurs pouvaient être présents sur le site pendant toute la durée des passages...

  • Vendredi 19 octobre: 22 462 inds
  • Samedi   20 octobre: 29 821 inds
  • Dimanche 21 octobre: 33 261 inds

Ce qui nous donne un passage de 85 544 ramiers en trois jours  et un total provisoire de 103 802 à ce jour.

La météo semble se dégrader ce lundi, mais Gabriel Lopez est sur site !

Observateurs de ce week-End pour le collectif des Vignobles de Bellet :

Michel Belaud, Josette & Patrick Kern , Gabriel Lopez.

Photo: Pigeon Ramier (Jan van der Straaten, Saxifraga)

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
La mission migration - lundi 22 octobre 2012

Semaine 42 (15 au 21 octobre) : beaucoup d’oiseaux migrateurs malgré un temps doux et de fortes pluies

Cette semaine a été marquée par un temps plus doux que la moyenne et localement par l’abondance des précipitations sur une période relativement courte. La crue du gave de Pau – du jamais vu depuis 1937 – a inondé Lourdes. Sur nos sites de migration, on remarquera 234 mm d’eau en cumul sur deux jours à Iraty, à proximité du col d’Organbidexka. Un seul migrateur courageux – un Busard des roseaux – a franchi le col le vendredi 19 octobre et aucun oiseau n’a été observé le lendemain sous une pluie battante.

Malgré cela, nos spotteurs ont observé 205 espèces cette semaine. Les nombres de Pinsons des arbres (717 277 inds, 35,3% des oiseaux saisis sur migraction.net), Pigeons ramiers (675 925, 33,2%) et Etourneaux (148 955, 7,8%) sont respectables. Notons aussi 36 548 Alouettes des champs, 26 756 Linottes mélodieuses, 15 201 Bergeronnettes grises et 13 349 (!) Grands Cormorans.

On observe de plus en plus de Tarins des aulnes (26 756). Les effectifs à Falsterbo (Suède) pendant cette saison atteignent déjà le double de la moyenne de 1973 à 2011. Les mésanges sont de plus en plus nombreuses en migration active avec 17 558 Mésanges bleues mais aussi une arrivée importante de Mésanges charbonnières (15 614). Si cette tendance persiste, on battra des records pour la Mésange bleue.  A Falsterbo (Suède), 285 250 Mésanges bleues ont été dénombrées du 1/8 au 22/10/2012, le record depuis le début des suivis sur ce site en 1973. Les Mésanges charbonnières quant à elles, semblent plutôt venir du nord-est.

C’était une excellente semaine pour les rapaces, avec 23 155 Buses variables et 7666 Milans royaux. C’est aussi une période très intéressante pour le seawatching, avec 1122 Mouettes pygmées, sept Labbes à longue queue,  un Phalarope à bec large et une Mouette de Sabine.

Le Faucon crécerellette le 15/10 à la redoute de Lindux et l’Alouette calandrelle le 21/10 au Cap Ferret constituent les premières données pour ces spots. Un Busard pâle juvénile a été observé par Clément Rollant, Robin Petit et Gabi Berastegui à Lindux le 15/10. Depuis 1966, 155 Busards pâles ont été saisis sur migraction.net pour l’ensemble des sites, dont sept à Lindux. La carte sur « Oiseaux Rares » montre 36 données en France depuis le début de la saison :http://www.ornitho.fr/index.php?m_id=30029, un nombre moins important qu’en 2011, année record. Finalement, une Bergeronnette citrine a été observée le 16/10 à Turo Blau en Catalogne.  

Photo: Tarin des aulnes (Marek Szczpanek)

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
La mission migration - vendredi 19 octobre 2012

Être jeune, c’est tuant…

Seulement 22% des mâles et 29% des femelles juvéniles de Canard siffleur survivent plus de trois mois pendant la saison de chasse, comme le démontre une étude récente (Guillemain et al. 2012). C'est tout au plus la moitié de la survie des adultes. L’étude est basée sur l’analyse statistique de 20 485 ailes récoltées par des chasseurs en Finlande, au Danemark et au Royaume-Uni. La saison de chasse est celle de tous les risques pour le Canard siffleur. Ce résultat est particulièrement inquiétant puisque sur le long terme, l’espèce produit de moins en moins de jeunes en Finlande. Avec une telle mortalité juvénile en période de chasse, le maintien de la population dépend principalement de la production de jeunes. Il y a donc des soucis à se faire !

L'étude n'inclut pas la France. Pourtant, la saison de chasse y est plus longue et c'est le seul pays européen qui autorise la chasse de nuit. En moyenne, les mâles adultes de Canard siffleur hivernent plus au nord que les femelles adultes et les juvéniles des deux sexes. La mortalité des juvéniles pourrait donc être plus importante que dans les trois pays étudiés.

Pour la Sarcelle d’hiver, c’est pire : que 13,9 % des mâles et 15,4% des femelles juvéniles survivent plus de trois mois… Les jeunes Sarcelles vivent dangereusement.

M. Guillemain, A.D. Fox, H. Pöysä, V.M. Väänänen, T.K. Christensen, P. Triplet, V. Schricke et al. 2012. Autumn survival inferred from wing age ratios : Wigeon juvenile survival half that of adults at best ? Journal of Ornithology DOI 10.1007/s10336-012-0899-y

Lien: http://www.springerlink.com/content/gj7n6v1072577495/

Photo: Mâle adulte de Canard siffleur. Luc Hoogenstein (Saxifraga)

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
Cap Ferret - mercredi 17 octobre 2012

La plus gros journée de l'année au Cap Ferret

Bonjour à tous

Ce 17 octobre est la plus grosse journée de l'année (jusqu'à présent au moins) au Cap Ferret avec 56 549 oiseaux, soit 23,87% des oiseaux depuis le 1/9. Les pinsons sont évidemment majoritaires (48 665) mais surtout à noter un record de 6316 Tarins des aulnes alors qu'il y avait déjà eu une journée à 6000 le 13 octobre passé. Total de la saison: 17704 Tarins (cliquez ici pour la carte)! Les années précédentes, une seule journée avait atteint de tels sommets: le 12 octobre 2005 avec 6021 Tarins...

Plus anecdotique, ce matin était aussi le "rush" de Pipits spioncelles avec 11 individus (record pour le site), une espèce typiquement peu commune sur le site. 

Bonnes observations

Valéry Schollaert

Photo: Pipit spioncelle (Peter Meininger, Saxifraga)

 

 
posté par Laurent Couzi, édité par Anonyme
Col d'Organbidexka - mardi 16 octobre 2012

Col d’Organbidexka, jour 81 à jour 90

Cette période fut marquée par quelques sessions de vent du sud assez fort ainsi qu'un peu de brouillard. Mais les belles journées, souvent accompagnées de couvertures nuageuses, témoignent du besoin de voyage des oiseaux.

C'est une saison également riche en bénévoles. Le chalêt et le spot sont toujours remplis de gens motivés et pleins de bonne humeur. Malgré ça, l'Eurobirdwatch a été marqué par une fréquentation quasiment nulle... dommage.

Les pigeons passent de façon irrégulière en fonction des journées, au gré du vent. Mais ils sont vite accompagnés de coups de feux qui résonnent jusqu'au nombre de 320 dans la matinée du 13 octobre ; 147 pigeons seront comptabilisés ce jour-là.

De beaux passages de passereaux - Pinsons des arbres, Pipits farlouses, Bec-croisés et quelques Étourneaux - ont aussi été observés, notamment le lundi 8 octobre avec la migration des premiers Pinsons du nord.

Pour finir, le samedi 13 octobre fut très riche en nombre d'oiseaux mais aussi en diversité avec un beau passage de busards, de Faucons crécerelles, 357 Milans royaux et 318 Grands Cormorans. Cette journée fut aussi marquée par le passage des quatre premières Grues de la saison. Un beau tableau a clôturé le bal avec un vol composé de 2 Grues cendrées, trois Hérons cendrés et une Grande Aigrette.

Cette période signe donc définitivement l'arrivée de l'automne avec un total de 2731 Milans royaux et 4107 pigeons.

N.B. : vous remarquerez l'absence de raretés cette dizaine !

L'équipe d'Organbi

Photo: Pigeon ramier (Jan Nijendijk, Saxifraga)

 

 
posté par Jean-Paul (O) Urcun, édité par Anonyme
La mission migration - lundi 15 octobre 2012

La semaine 41 (8-14 octobre 2012)

Avec 226 espèces, on atteint la plus belle diversité depuis le début de l’année 2012. D’immenses troupes de Pinsons des arbres traversent le ciel, s’arrêtant parfois dans les prés et les labours (887 415 inds, 53,7% des oiseaux saisis). Les Pigeons ramiers étaient particulièrement nombreux en Franche-Comté. L’observation de 192 935 palombes au Crêt des Roches le 13/10, représente à elle seule les 2/3 du total national pour la semaine (309 220 inds). Nous espérons que les Alouettes des champs (10258) et lulu (2311) ne finiront pas en pâté. Ces espèces sont éprouvées par l’intensification de l’agriculture et en déclin dans de nombreux pays européens. Le nombre de Merles à plastron (106) est remarquable.

Les espèces forestières sont au rendez-vous : 16613 Tarins, 16498 Grosbecs et  8308 Mésanges bleues ! Bientôt, ces convives se rassembleront autour de nos mangeoires. Belle migration aussi pour les Grands Cormorans (13740). Les Bernaches cravant (12766) suivent le littoral en formations souvent désordonnées.

Coté rapaces, on se souviendra des 6146 Buses variables, 5491 Milans royaux et 2092 Faucons crécerelles. Le nombre de Faucons émerillons (78) est élevé.

En seawatching, notons - principalement au Cap Ferret - 1130 Puffins des Baléares, 72 cendrés et 3 fuligineux.  

Qui dit variété, dit aussi espèces rares. Nos collègues catalans ont observé un Aigle criard au Puig de l’Aliga le 14/10. Parmi les sternes, il y a une Sterne caspienne au roc de Conilhac le 8/10 et une Hansel au Cap Ferret le 12/10. Pour le Goéland à bec cerclé, observé le 9/10 au Cap Ferret, le bassin d’Arcachon est devenu un site d’hivernage régulier en très petit nombre. Un Labbe parasite à Lindux le 13/10 constitue la troisième observation pour ce site. Un Pipit à gorge rousse (10/10) est une nouvelle espèce pour le site de Puech Debon. Le 13/10 des Tichodromes ont été observés aux Conches et au col des Baraques. Une Buse pattue s’est montrée le 11/10 au Banc de l’Ilette et le même jour un Busard pâle a été observé au Cap Ferret. 

Photo: Pinson des arbres (Piet Munsterman, Saxifraga)

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
Redoute de Lindus - dimanche 14 octobre 2012

La première quinzaine d'octobre fut calme à la redoute de Lindux 

Avec la météo peu clémente sur le nord de la France, peu d'oiseaux sont venus jusqu'aux Pyrénées. Les espèces changent, de plus en plus de cormorans passent, les premières grues ont été observées, le passage des Milan royaux est régulier, 2000 ont déjà franchi les crêtes (248 le 3 octobre et 237 le 13 octobre).

Première journée pigeons le 30 septembre avec le passage de 711 colombins (nouveau reccord journalier) et les 5 premiers ramiers.

Le 13 octobre, 5000 pigeons sont passés, premiers mouvement notable pour le Pigeon ramier. Cette journée a été agrémentée du passage d'un Labbe parasite de première année (3ème donnée du site)

Quelques photos ici

L'équipe de Lindus

 
posté par Jean-Paul (R) Urcun, édité par Anonyme
Crêt des Roches - samedi 13 octobre 2012

Nous venons de vivre une exceptionnelle journée au Crêt des Roches!

Les milans royaux ont ouvert le bal dès 8h15, en compagnie d'un milan noir d'ailleurs; 74 individus au total à neuf heures du matin, un indice fort de ce qui nous attendait, que les ramiers ont bonifié à leur tour, un vrai défilé...      Plus de 169 000 à 13h et un total ahurissant pour la Franche-Comté de 192 935! Record journalier aussi avec 501 milans royaux... Une belle entrée en matière pour notre journée du centenaire ce dimanche à Port-sur-Saône (70). Le salut extasié de la tribu du Crêt à tous les spotteurs...

Pour le groupe, Georges Lignier

 
posté par (archive) Lpo Franche-Comté, édité par Anonyme
Colline de Sion - mardi 9 octobre 2012

Eurobirdwatch 2012: un joli week-end d'observa'sion

Bonjour à tous,

Mille feuilles tournoyaient dans un tourbillon de vent brumeux ce week-end et pourtant ni la pluie, ni le brouillard n'ont pu atténuer la détermination des spoèteurs et des observateurs venus nous prêter main forte durant l'eurobirdwatch de ce dernier week-end. Au total, pas moins 31 ornithologues se sont relayés sur la colline pour assurer ces deux journées continues de suivi. 14383 oiseaux ont été comptabilisés, ce qui représente un peu plus de 50 espèces en migration active.

Quelques observations sympathiques à narrer comme par exemple, cette jolie poursuite d'Autour des palombes sur une Corneille noire juste au-dessus des bonnets des observateurs. Trois pluviers "mystères aux tendances guignardesques" qui laissent quand même de grosses frustrations à certains.... Consolation tout de même avec un casse-noix moucheté  posé à 25 mètres des birdwatchers et un Milan royal adulte marqué en migration active (voir photo de Vincent Perrin).

Les spoèteurs de LOANA et la LPO 54 remercient tous les observateurs et bénévoles qui ont participé à cet eurobirdwatch 2012: Wipf L., Bely M., Egal F., Moreau P., Leblanc G., Lefol E., Patier N., Sarrazin M., Perrin V., Patris Y., Barotte C., Robert C., Moitrot J.Y., Demas J.P., Voinot P., Boucaud Y., Gaudare R., Schellenberger R., Battu, Théodas M.C., Passetemps F., Belling N., Grandsire G., Rondel B., Debar I., Gautier F., Martin L., Lambert A., Copeaux F., Precigout-Martini F., Henquel C., Brodier S.

PS: Depuis ce week-end, les Mésanges noires, charbonnières et surtout bleues, ainsi que les Grosbecs casse-noyaux continuent d'affluer en nombre...

 

Espèce Nom latin 06/10/2012 07/10/2012 Total/espèce
Pinson des arbres Fringilla coelebs 10741 1041 11782
Mésange bleue Parus caeruleus 343 222 565
Grosbec casse-noyaux Coccothraustes coccothraustes 288 12 300
Mésange charbonnière Parus major 166 96 262
Mésange noire Parus ater 94 128 222
Tarin des aulnes Carduelis spinus 163 29 192
Pinson du Nord Fringilla montifringilla 73 41 114
Passereau indéterminé Passeriformes sp. 70 36 106
Pipit farlouse Anthus pratensis 80 23 103
Alouette des champs Alauda arvensis 1 77 78
Milan royal Milvus milvus 57 17 74
Hirondelle rustique Hirundo rustica 70   70
Alouette lulu Lullula arborea 30 27 57
Geai des chênes Garrulus glandarius 37 17 54
Hirondelle de fenêtre Delichon urbicum 53   53
Linotte mélodieuse Carduelis cannabina 35 15 50
Etourneau sansonnet Sturnus vulgaris 25   25
Buse variable Buteo buteo 7 13 20
Mésange  indéterminée Parus sp. 11 8 19
Accenteur mouchet Prunella modularis   18 18
Pouillot indéterminé Phylloscopus sp. 18   18
Grive musicienne Turdus philomelos 16   16
Fringille indéterminé Fringilla / Serinus / Carduelis sp. 15   15
Chardonneret élégant Carduelis carduelis 15   15
Bergeronnette grise Motacilla alba 10 4 14
Grand Cormoran Phalacrocorax carbo 5 8 13
Bouvreuil pivoine Pyrrhula pyrrhula 8 4 12
Grive draine Turdus viscivorus 9 1 10
Epervier d'Europe Accipiter nisus 4 6 10
Pipit des arbres Anthus trivialis 2 7 9
Mésange à longue queue Aegithalos caudatus   9 9
Bec-croisé des sapins Loxia curvirostra 9   9
Roitelet à triple bandeau Regulus ignicapilla 7 1 8
Verdier d'Europe Carduelis chloris 6 1 7
Faucon crécerelle Falco tinnunculus   7 7
Pic épeiche Dendrocopos major 5   5
Faucon émerillon Falco columbarius 3 1 4
Pouillot véloce Phylloscopus collybita 4   4
Bruant jaune Emberiza citrinella 4   4
Turdidé indéterminé Turdus sp.   3 3
limicole indéterminé Charadriiformes sp. 3   3
Pigeon ramier Columba palumbus 3   3
Merle noir Turdus merula 3   3
Pouillot indéterminé Phylloscopus sp.   2 2
Faucon indéterminé Falco sp. 2   2
Pic épeichette Dendrocopos minor 2   2
Pie bavarde Pica pica 2   2
Héron cendré Ardea cinerea   1 1
Grive litorne Turdus pilaris   1 1
Serin cini Serinus serinus   1 1
Bondrée apivore Pernis apivorus 1   1
Milan noir Milvus migrans 1   1
Autour des palombes Accipiter gentilis 1   1
Rougequeue noir Phoenicurus ochruros 1   1
Roitelet huppé Regulus regulus 1   1
Mésange à longue queue Aegithalos caudatus 1   1
Cassenoix moucheté Nucifraga caryocatactes 1   1
TOTAL OISEAUX       14383
       
 

 
posté par Lorraine Association Nature*, édité par Anonyme
La mission migration - mardi 9 octobre 2012

Les premiers résultats de l’EuroBirdwatch 2012

Pendant le week-end de l’EuroBirdwatch, Migraction.net a franchi la barre des 130 millions d'oiseaux saisis depuis la création du site en janvier 2008. Le site web a atteint un nombre record de 1469 visites le dimanche 7 octobre. Nous avons observé 170 espèces sur 34 sites ayant saisi en ligne. Ce n'est qu'une partie des 80 activités organisées en France. La météo était mitigée, avec des pluies fréquentes sur la partie nord du pays. Dans l’ensemble, les conditions n’étaient pas idéales. La visite d’un site de migration active n’est pas comme celle d’un zoo : la présence des animaux n’est pas garantie mais à force de revenir régulièrement sur un site, votre patience sera récompensée.  Sur nos sites, on peut vivre des expériences inoubliables !

Vous trouverez la liste des espèces les plus abondantes ci-dessous. Sans surprise, le Pinson des arbres arrive en tête avec près de 325 000 individus comptés. Cela représente 71% des oiseaux observés. Cet automne s’annonce exceptionnel pour les pinsons : près de 2 millions d’individus ont déjà survolé Falsterbo dans le sud de la Suède : cela représente deux fois et demi la moyenne depuis 1973. On explique ce phénomène par une bonne fructification des hêtres en 2011 et une bonne reproduction en Scandinavie. La population abondante et un manque de faînes en 2012 ont précipité l’exode.

En deuxième position, il y a le Pipit farlouse avec 15585 individus comptabilisés. En troisième position on trouve la Bernache cravant avec 15391 individus. Cette espèce sibérienne a tendance à migrer en grand nombre  avec des pics prononcés sur quelques jours seulement.

Contrairement à 2011, les espèces forestières sont en mouvement. Nous avons observé 5537 Grosbecs casse-noyaux, 3851 Mésanges noires et 3453 Mésanges bleues. Cet automne est tout à fait exceptionnel pour la Mésange bleue en Scandinavie. Plus d’un quart de million de Mésanges bleues a été compté à Falsterbo, le record de tous les temps. Leur abondance s’explique par les mêmes raisons que celles mentionnées pour les pinsons. Souvent, ces Mésanges bleues scandinaves s’arrêtent au Danemark mais avec de tels nombres, on devrait bientôt voir la différence dans nos jardins ! Les mouvements irruptifs des Geais des chênes (899) et des Cassenoix (14) semblent ralentir.

Côté rapaces, on retient 1256 Milans royaux, 523 Faucons crécerelles et 429 Buses variables. Cet automne, un nouveau record journalier pour le Milan royal a été établi avec 1274 individus le 28 septembre au défilé de l’Ecluse. La saison est particulièrement bonne pour le Faucon crécerelle.

En seawatching, il y avait 119 Grands Labbes, 40 Labbes parasites et 8 Labbes pomarins. L’espèce la plus fréquente en mer était le Fou de Bassan (2872).

On note aussi un bon passage de Grands Cormorans (2631).  Un rassemblement de 108 Oedicnèmes criards à la falaise Bloucard vaut aussi la peine d’être mentionné.

Parmi les espèces rares, notons une Bernache du Pacifique et 2 Mouettes de Sabine le 7 octobre au détroit du Pas-de-Calais.

Merci à tous pour votre présence sur le terrain ce week-end. Les semaines prochaines s’annoncent passionnantes. Nous vous invitons à revenir !

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
La mission migration - samedi 6 octobre 2012

Tentez l’aventure de la migration avec le nouveau numéro de l'Oiseau Magazine Junior

Dans ce numéro de l'Oiseau Magazine Junior, venez découvrir le grand dossier sur la migration. Pourquoi certains oiseaux partent et pas d’autres, comment se déplacent-ils, sur quelle distance ?

Retrouvez les aventures d'Elsa et Théo. Cette fois c’est le temps de la migration qui leur réserve quelques surprises !

Que se passe-t-il « En ce moment dans la nature » : le retour du rougegorge, l’écureuil roux qui déborde d’activités, le rendez-vous des butineurs… et plein d’autres infos de saison !

Avec la rubrique bricolage, vous pourrez faire germer la boue de vos chaussures !... Et jouer aux morpions marrons !

Cet automne pas le temps de s’ennuyer avec la double page des Jeux en folie ! Une partie de cache-cache avec Garou, le geai, dans la forêt de Garrulus... Un blaireau affamé qui cherche les vers de terre, des feuilles et des champignons à foison !

Découvrez aussi le passionnant reportage des enfants de l’école de la Porte de Paris, à Poitiers : à la rencontre des prairies humides du Clain.

Sans oublier le zoom sur une espèce : le geai des chênes ; les réponses des spécialistes de la LPO à toutes les questions, la fiche de terrain et la fiche « un geste pour la planète » ainsi que les deux concours proposés dans chaque numéro de L’Oiseau Magazine Junior. Un concours de photos "La migration" et le concours "Qui suis-je ?".

Découvrez ici le sommaire du numéro 8 de l'Oiseau Mag Junior.

Destiné aux naturalistes en herbe, L'OISEAU Magazine junior est un trimestriel s'adressant aux 7-12 ans. Chaque trimestre est l'occasion de découvrir l'univers fascinant des oiseaux et de la nature et à apprendre à les protéger tout en s'amusant : courrier, Coin des coin-coins, un dossier surprenant, zoom sur une espèce, un poster, des jeux, des bricolages, l'agenda de la nature, des concours, des enquêtes, des reportages... Le tout en 28 pages toutes en couleurs et sur papier 100% recyclé, imprimé avec des encres végétales pour préserver la nature !
Abonnement d'un an = 4 numéros = 24 €.

Pour vous abonner :

Par internet : Connectez-vous et inscrivez-vous sur Mon espace LPO (réglement par chèque ou carte bancaire)

Par téléphone : Téléphonez au 05 46 82 12 31 (règlement par carte bancaire uniquement)

Directement sur les stands LPO lors de salons, animations, sorties...

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
Col d'Organbidexka - vendredi 5 octobre 2012

Col d’Organbidexka, jour 71 à jour 80

Cette dizaine avait commencé par un temps glacial avec les sommets alentour enneigés. Mais cela n’a pas fait venir les premières grues. Cependant, ce fut une dizaine très riche avec un temps plutôt agréable sur le spot.

La migration des Milans royaux est bien partie. Nous atteignons les 1191 individus. Nous avons eu une très belle journée, le 30 Septembre. Le Busard Saint-Martin qui jusqu’à maintenant passait au compte-goutte est arrivé avec 22 individus, qui ont côtoyé les 27 Faucons crécerelles de la journée. Mais la grande surprise est venue des Cigognes noires. « Encore elles ! » nous dira-t-on ? Et bien oui : 112 individus dans la journée, et en prime un nouveau record du plus gros vol : 59 Cigognes nous rasant la tête ! Spectacle à couper le souffle ! Le total actuel pour cette espèce est donc de 977 : année historique.

Ce même jour, 312 Pigeons colombins et le premier ramier nous ont survolés, accompagnés des premiers coups de feu. Mais ces derniers restes rares, et c’est plutôt les coups de marteau venant des postes de tirs retapés qui raisonnent dans la vallée. Des pigeons, peu de chasse...on aimerait que ça dure.

Quelques nouvelles espèces de passereaux viennent agrémenter le flux relativement important de Pipits farlouses, Hirondelles rustiques et autres Fringilles (Pinsons des arbres, Linottes et Chardonnerets) : la Bergeronnette grise, les Etourneaux, quelques Alouettes des champs et un Serin cini.

Comme toujours la case « surprise »  est remplie avec cette fois-ci un Aigle pomarin qui traverse tranquillement la sphère sur fond d’Orhy et un mâle adulte de Busard pâle, quelques instants, au-dessus des rochers d’Organbi avant de gloupser !

En perspectives pour les jours à venir : le weekend de l’Eurobirdwatch et les premières grues que nous attendons impatiemment !

L’équipe d’Organbi

 
posté par Jean-Paul (O) Urcun, édité par Anonyme
La mission migration - vendredi 5 octobre 2012

Ce week-end, découvrez la magie de la migration

La LPO (BirdLife France) et de nombreuses associations régionales invitent le grand public, les 6 et 7 octobre prochains, à participer au plus important événement européen de découverte de la migration, crée en 1993 par BirdLife International, l'EuroBirdwatch.

Une quarantaine de départements français accueilleront plus de 80 animations gratuites, pour permettre aux petits et grands, curieux de nature, d'observer la magie de la migration.

L'EuroBirdwatch est le plus important événement européen de découverte de la migration. Créé en 1993 par BirdLife International, alliance mondiale de protection de la nature et des oiseaux représentée dans plus de 100 pays, il se déroule chaque année lors du premier week-end d'octobre et s'inscrit dans la célébration des Journées européennes de la migration et dans le cadre du centenaire de la LPO (1912-2012).

L'idée est simple : permettre aux petits et aux grands, curieux de la nature, d'observer les oiseaux migrateurs et d'être sensibilisés à leur protection, par des animations gratuites. Durant tout un week-end, des ornithologues et bénévoles de la LPO et d'autres associations locales font découvrir au grand public la magie de la migration, à travers des sorties de terrain, des points d'observations, des conférences, des expositions sur des sites emblématiques (liste complète sur http://eurobirdwatch.lpo.fr/)

Grâce à sa situation géographique stratégique, à la diversité de ses espaces et à ses conditions météorologiques variées, la France demeure, en effet, une étape incontournable pour des dizaines de millions d'oiseaux migrateurs.

Toutefois, si la migration reste un phénomène fascinant qui cumule les records, elle constitue aussi un périple semé d'embuches : aux obstacles naturels (prédation, tempêtes, reliefs...) s'ajoutent les conséquences des activités humaines (destruction des habitats, infrastructures aériennes, chasse abusive, pollutions chimique et lumineuse).

Pour ces dizaines de millions d'oiseaux, qui parcourent chaque année des milliers de kilomètres pour survivre, un week-end de sensibilisation et d'observation est bien le moins que nous puissions faire pour nous assurer que le peuple des airs pourra effectuer ce périple sans encombre.

Pour trouver une activité dans le cadre de l'EuroBirdwatch, rendez-vous sur : http://eurobirdwatch.lpo.fr/

Pour connaître les dernières nouvelles de la migration et les sites qui accueillent du public, consultez

www.migraction.net

Informations complémentaires

Records de migration

De distance

La sterne arctique parcourt à chaque migration en moyenne 70 000 km par an entre l'Arctique et l'Antarctique pour un taux de survie annuelle chez les adultes de presque 90 %. Certains individus, munis de géolocateurs, ont même parcouru plus de 80 000 km dans l'année. Dans le Pacifique, les puffins fuligineux effectuent une boucle de 64 000 km en 262 jours en moyenne. Le traquet motteux ou le pouillot verdâtre peuvent parcourir jusqu'à 10 000 km lors d'un trajet migratoire. Une barge rousse a effectué un vol ininterrompu de 11 680 km en 9 jours à travers l'océan Pacifique.

D'altitude

Le record d'altitude en vol est actuellement détenu par un vautour de Rüppell qui a percuté un avion à 11 300 m en Côte d'Ivoire. L'oie à tête barrée traverse l'Himalaya à plus de 10 000 m d'altitude. En Europe, des cygnes ont été signalés à 8 000-8 500 m. L'altitude moyenne en vol se situe entre 1 000 et 1 500 mètres. 90 et 95 % des passereaux et des limicoles migrent à moins de 2 000 m. Beaucoup d'espèces se déplacent entre 100 et 300 mètres.

De vitesse

Les oiseaux en migration sont capables de voler très vite : jusqu'à 389,5 km/h en piqué pour le faucon pèlerin, 100 km/h pour la grue cendrée, 75 km/h pour l'étourneau sansonnet, 71 km/h pour la tourterelle des bois, 69km/h pour les oies, 58 km/h pour l'hirondelle rustique et 52 km/h pour le pinson des arbres. Des scientifiques ont découvert que la bécassine double peut compléter un vol transcontinental à travers l'Europe, de la Suède à l'Afrique subsaharienne, en deux jours sans se reposer. Les oiseaux parcourent jusqu'à 6760 km à une vitesse moyenne record de 97 kilomètres/heure (4300–6800 km en 48–96 h).

De poids

Les passages difficiles nécessitent de faire des réserves de graisse. Les fauvettes des jardins, pesées avant leur traversée du Sahara, peuvent ainsi atteindre 37 g, alors qu'elles ne pèsent habituellement que 18 g.

Différents migrateurs

Certaines espèces ne parcourent que quelques centaines de kilomètres, d'autres effectuent presque un tour du monde chaque année, tandis qu'au sein d'une même espèce, d'autres encore ne migrent pas de la même façon.

Les longs courriers

Les plus connus en France sont les migrateurs transsahariens, pour la plupart insectivores, prédateurs de poissons ou de reptiles qui hivernent au sud du Sahara (bondrée apivore, sarcelle d'été, hirondelles, rousserolles, hypolaïs...).

Les petits et moyens courriers

Leurs déplacements migratoires sont de l'ordre de quelques dizaines à quelques milliers de kilomètres. Ces espèces, généralement à régime granivore, mixte ou se nourrissant de proies à sang chaud, hivernent dans le sud de l'Europe ou le nord de l'Afrique (chardonneret élégant, rouge-gorge familier, fauvette à tête noire, rougequeue noir...).

Les migrateurs partiels

Au sein d'une même espèce, seule une partie des oiseaux migre, généralement jusqu'au bassin méditerranéen. Ainsi, les populations scandinaves de gorgebleue à miroir effectuent de très grandes migrations (5 000 km), alors que celles de l'ouest de la France hivernent en général à moins de 1 000 km de leur lieu de nidification, et qu'une partie des oiseaux espagnols est même sédentaire.

Plus d'informations

Pour trouver une activité dans le cadre de l'EuroBirdwatch, rendez-vous sur : http://eurobirdwatch.lpo.fr/

Pour connaître les dernières nouvelles de la migration et les sites qui accueillent du public, consultez

www.migraction.net

Contact :
Patrick LADIESSE
Attaché de presse
06 34 12 50 69      

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
La mission migration - vendredi 5 octobre 2012

Le Guide du Routard des meilleurs sites pour observer les oiseaux en France

Pour les 100 ans de la LPO, un tout nouveau Guide du Routard propose de faire découvrir plus de 70 sites pour approcher et observer les oiseaux en France. Construit en partenariat avec les experts de la LPO, plus qu'un guide, c'est une ode à la nature.

Guide du Routard - Nos meilleurs sites pour observer les oiseaux en France. Disons-le clairement, c'est une première ! Jamais, en effet, un Routard n'avait imaginé s'attarder sur le peuple des airs. Mais le projet s'est dessiné comme une évidence pour cette année du 100e anniversaire de la LPO.

Il fallait, de fait, répondre à l'attente des familles, des randonneurs, des visiteurs de passage... En un mot, des « curieux de nature » toujours plus nombreux à désirer observer le spectacle des oiseaux.

Notre pays figure parmi les « escales » les plus remarquables au monde, le plus riche en biodiversité et accueille l'une des plus grande variété d'oiseaux qui méritent d'être protégés. Les voyageurs du ciel en font la démonstration.

Fidèle à sa vocation de protection et de sensibilisation, la LPO propose dans ce guide tous les conseils pour observer les oiseaux en toute sécurité et sans les déranger mais aussi un topo sur l'identification de ces majestueux animaux et un calendrier permettant de mieux comprendre les migrations et les temps forts saisonniers des différentes espèces.

De plus, ce Routard contient un cahier tout en couleur de croquis d'oiseaux de François Desbordes, illustrateur-naturaliste de terrain et ornithologue, pour aider à leur reconnaissance. Bien sûr, le Routard ne serait pas le Routard sans ses adresses de bonnes tables et d'hôtels, maisons d'hôtes et camping.

Autant d'occasions pour aborder en toute sérénité la nature et prendre conscience de la nécessité de préserver et protéger nos amis à plumes. Que vous soyez bird watcher occasionnel ou ornithologue averti, ce guide vous prend sous son aile.

Et si, d'aventure, on vous demandait : « à quoi ça sert d'observer les oiseaux ? », vous pourrez toujours rappeler les convictions de Victor Hugo : « Le beau est plus utile que l'utile » !.

Contact

LPO

Patrick LADIESSE
Attaché de presse
06 34 12 50 69      

Le Routard

Frédéric Papet
01 70 69 04 69      
info@comprod.fr

Informations complémentaires

En librairie le 03/10/2012

Prix : 13,20 €

Commandez-le sur la boutique LPO

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
Cap Ferret - jeudi 4 octobre 2012

Cap Ferret

Bonjour à tous,

Le Cap Ferret nous réserve une drôle de surprise depuis trois jours: presque plus de passereaux ni d'oiseaux terrestres en général (quand même un joli Busard cendré hier, le premier de la saison !), mais une abondance d'oiseaux de mer apparemment exceptionnelle pour le site. Les oiseaux passent particulièrement près: de l'avis d'habitués du lieu, du jamais vu. Ce matin 180 Puffins de Baléares et 1052 Fous de Bassan en une heure...

Les labbes se montrent assez bien aussi (souvent visibles à l'oeil nu), à l'instar de celui-ci qui a fait une petite pause: cliquez ici.

L'avantage c'est qu'on n'entend plus de coups de feu. Des dizaines de chasseurs sont à l'affût des grives et pigeons, mais il n'y a rien du tout à tirer. Un seul coup de feu ce matin... il était dirigé vers le seul Faucon émerillon de la journée, heureusement un tir raté.

Bonnes obs à tous

Valéry Schollaert

 
posté par Laurent Couzi, édité par Anonyme
La mission migration - jeudi 4 octobre 2012

Tõnn est arrivé en Espagne

Le 2 octobre, l'Aigle criard estonien Tõnn, muni d'une balise Argos, a traversé les Pyrénées. Comme le montre son itinéraire ci-dessous, il se trouve en Espagne.

Source: http://birdmap.5dvision.ee/

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
La Cerdagne - Eyne - mercredi 3 octobre 2012

La Cerdagne-Eyne

Salut à tous,

J-C, Manu, François et bien d'autres ont enchaîné de bien belles journées sur le site de Eyne, en Cerdagne (66) ces 3-4 derniers jours.

Après les 996 oiseaux de 1987 à Eyne, le record du site (et le record saisonnier en migration postnuptiale en France !) de Circaète Jean-le-Blanc est pulvérisé avec 1050 oiseaux en date du 2 octobre ! Pour rappel : 67 ind. le 2/10, 191 le 1/10, 68 le 28/9, 119 le 27/9, 207 le 19/9 !). La barre des 1000 Eperviers est passée, Milans royaux, Faucons hobereau, émerillon, busards and co. continuent de passer en ce moment même...

Malheureusement, la permanence du site par notre spotteur national (J-C) s'arrête après demain... Nous comptons donc sur vous tous pour passer sur le site et nous donner un petit coup de main en cette fin de saison pour continuer le suivi tant bien que mal. Des surprises sont encore à venir... Pour la localisation exacte du site cliquez ici. Un grand merci d'avance, et au plaisir de vous croiser sur le spot !

Amitiés,

Yves DUBOIS, Coordinateur du site de migration d'Eyne en Cerdagne pour le G.O.R.

Photo: Circaète - Martin Mollet (Saxifraga) 

 

 
posté par Yves Dubois, édité par Anonyme
La mission migration - mardi 2 octobre 2012

La vague bleue !!!

Non, pas celle des Pigeons ramiers... mais celle des Mésanges bleues. Le 1 octobre 2012, on a compté 87 400 Mésanges bleues à Falsterbo en Suède. Il s'agit du triple du précédent record journalier (30 600 le 28 septembre 2003) et le nouveau record journalier dépasse même l'ensemble des totaux saisonniers depuis 1973 à l'exception de celui de 136 672 individus en 1996 !

Source: http://www.falsterbofagelstation.se/index_e.html et http://www.stephenmenzie.com/ 

Photo: Piet Munsterman (Saxifraga)

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
La mission migration - mardi 2 octobre 2012

L’Aigle criard Tõnn traverse une fois de plus la France

Tõnn, l’Aigle criard estonien, traverse une fois de plus la France, en route vers son site d’hivernage traditionnel en Espagne. Muni d'une balise Argos au nid en août 2008, il traverse la France chaque automne et chaque printemps. Cette fois-ci, pendant son neuvième voyage à travers la France, on notera un long séjour dans la Nièvre.

Voici son itinéraire :

  • 20/9 : Faulquemont (à l’est de Metz) - Moselle      
  • 21/9 : à l’est de Nomeny – Meurthe-et-Moselle
  • 22/9 : Villy-en-Auxois – Côte d’Or
  • 23-25/9 : bois communal du Côteau à Saint-Didier - Nièvre
  • 26/9 : bois communal des Crots à Saint-Didier - Nièvre
  • 27/9-1/10 : bois des Ménés, Les Niandins au sud de Tannay – Nièvre

Le jeu du chat et de la souris continue : jusqu’à présent aucun observateur n’a observé Tõnn sur le territoire français !

Source : http://birdmap.5dvision.ee/

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
La mission migration - mardi 2 octobre 2012

Bonne reproduction pour la Pie-grièche à poitrine rose dans l’Hérault

La Pie-grièche à poitrine rose est le passereau le plus menacé de France. Ce migrateur au long cours est très rare : jusqu’à présent, il n’y a aucune observation sur migraction.net. Cette année, la reproduction de la population relictuelle française était bonne. Vingt couples, 18 dans l’Hérault et 2 dans l’Aude, ont produit 55 juvéniles à l’envol (information par Pierre Maigre – LPO Hérault). En 2011, on avait compté 17 couples.  

Cette espèce est en danger. Comme pour de nombreuses espèces, il y a le réchauffement climatique et l’intensification de l’agriculture. En période de nidification elle est philopatrique : fidèle à un site, elle a tendance à revenir à l’endroit où elle est née. Dans l’Hérault, elle niche dans les arbres à haut jet, souvent les allées de platanes. Des modifications au site, comme l’abattage d’une allée d’arbres, peuvent altérer sa « mémoire de reproduction » et l’empêcher de se reproduire.

La Pie-grièche à poitrine rose est inféodée aux milieux ouverts. Dans l’Hérault elle fréquente une mosaïque de friches assez jeunes – pas trop colonisée par les ligneux - dans un milieu viticole très riche, essentiellement dans les ZPS des plaines de Villeveyrac-Montagnac et Fabrègues-Poussan. Sa migration est extrêmement longue : elle hiverne en Afrique du Sud dans les forêts d’acacias. Ces arbres disparaissent : ils sont brûlés et souffrent de surpâturage. En plus, la Pie-grièche est chassée sur certains sites de halte migratoire. Il y a donc une multitude de facteurs qui fait que cette espèce est réellement en danger. Elle arrive en France à partir de la deuxième quinzaine d'avril mais surtout vers la mi-mai et repart à partir de juillet-août avec des départs qui s'étalent jusqu'à la mi-octobre.

Photo: Joerg Mager (Saxifraga)

 

 
posté par Gunter De Smet, édité par Anonyme
Défilé de l'Ecluse - lundi 1 octobre 2012

Défilé de l'Ecluse 

Bonjour à tous,

Superbe journée de migration ce vendredi 28 septembre avec un très beau passage de rapaces en général et notamment le passage de 1274 Milans royaux, nouveau record journalier du site et nouveau record national. Passage également de près de 1500 Buses variables, de plus de 100 Faucons crécerelles, d'une soixantaine de Busards des roseaux et d’Eperviers d’Europe.

Les dernières hirondelles et cigognes sont sur le départ alors que les Pigeons ramiers, et les Pinsons des arbres commencent à migrer.

L’automne se fait sentir sur le Défilé !

Le collectif du Défilé de l’Ecluse

 
posté par Xavier Birot-Colomb (Défilé de l'Ecluse), édité par Anonyme
page :
|<
<
8
9
10
11
12
13
14
15
16
>
>|
Nbre/page :
nombre : 1411
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018