fr
de
it
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
Base de données
 - 
Accueil base de données
 - 
Notre charte
  Les observations
    - 
Synthèse annuelle
  Les galeries
    - 
Toutes les photos
  Statistiques d'utilisation
Qu'est-ce que la migration ?
Les sites de migration
Connaître les migrateurs
Ressources et liens
La mission migration
Les partenaires
Col du Plafond - Anould, Vosges (88)
Présentation
Les synthèses
Les nouvelles
Les bilans
Les fiches descriptives des sites

Afficher:
https://cdnfiles2.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/Col_du_Plafond-Octobre_2009-7886.jpg

Le texte ci-dessous est tiré du livre La France à tire-d'aile (2005) de Philippe J. Dubois & Elise Rousseau, chez Delachaux et Niestlé, reproduit avec l'autorisation de l'éditeur et des auteurs. Vous trouverez quelques livres sur la migration ici: www.migraction.net/index.php .   

L’environnement et le cadre naturel du site 

Proche de Saint-Dié, le col du Plafond (620 mètres d’altitude) domine la vallée de la Meurthe. Il est à la croisée des communes d’Anould, de Gerbépal et de Corcieux. A l’est du site, des massifs forestiers sont entrecoupés de vallées (haute Meurthe et petite Meurthe). La ligne des crêtes vosgiennes (plus de 1000 mètres d’altitude) s’élève à une dizaine de kilomètres du col. Elle est invisible de ce dernier car une crête boisée de 750 à 800 mètres d’altitude s’étend du nord au sud (et) au sud-ouest du col. A l’ouest, on découvre à nouveau un ensemble de massifs forestiers entrecoupés de vallées. Le site se trouve dans l’axe nord-est/sud-ouest de la vallée de la Bruche, et le col de Saales, dans le Bas-Rhin, s’élève à une vingtaine de kilomètres au nord-est. Le col du Plafond possède un champ de vision d’environ 270°. Dans de très bonnes conditions de visibilité, les sommets du Donon et du Champ-du-feu sont visibles au nord-est, ainsi que les crêtes encadrant la vallée de la Plaine au nord. En revanche, le vue se restreint à l’ouest, au niveau du col proprement dit, et à l’est, à l’arrière de la crête nord-sud située à un peu plus de 2 kilomètres du site. Ce petit col et ses alentours semblent provoquer une concentration des migrateurs empruntant l’axe nord-est/sud-ouest formé par les vallées de la Bruche, de la Fave et de la Meurthe (en amont de Saint-Dié).
 
Historique du suivi
 
Un suivi partiel à l’automne a été réalisé de 1998 à 2001. Avec respectivement 231600 et 310076 migrateurs décomptés, les années 2000 et 2001 (les mieux suivies) mettent en évidence un passage significatif à l’échelle régionale. Celui concerne une grande diversité d’oiseaux, puisque 103 espèces migratrices y ont été notées au cours des cinq années de suivi.
 
Intérêt ornithologique, espèces emblématiques
 
La composition spécifique rappelle, à certains égards, celle notée sur le site des Conches à Ceyzériat dans l’Ain et certains effectifs sont voisins. Comme dans l’Ain, l’influence alpine se fait sentir avec des migrateurs rares comme le Venturon montagnard, le Cassenoix moucheté ou le Bruant fou.
 
Calendrier, déroulement de la migration
 
La période allant de fin septembre à début novembre est de loin la plus favorable, tant point de vue de la quantité que celui de la diversité. Les rapaces semblent suivre les crêtes nord-est/sud-ouest, à l’ouest du col, et utiliser les petites crêtes orientées d’est en ouest, au nord du col. Une partie des rapaces ne transite pas par le col mais suit les crêtes situées de part et d’autre de ce dernier. C’est la Buse variable qui est la plus commune, avec un maximum approchant les 1600 individus par automne. La Bondrée apivore vient ensuite, avec 500 à 900 oiseaux. Chez les passereaux, les espèces qui passent en plus grand nombre sont les Pinsons des arbres (jusqu’à plus de 175 000 oiseaux) et du nord (maximum de près de 17 000 oiseaux), l’Alouette des champs, l’Hirondelle rustique, l’Etourneau sansonnet, le Tarin des aulnes, les Grives mauvis, draine et litorne, le Grosbec casse-noyaux, le Pipit des arbres et l’Alouette lulu. Le Pigeon ramier atteint ici certains automnes les 41 000 oiseaux, tandis que quelques centaines de Pigeons colombins au plus transitent par le col. De même, le Martinet noir, avec un maximum de 9440 individus, est régulier. Enfin, le Goéland brun migre également, en petit nombre (37 individus au maximum). Sans doute s’agit-il d’oiseaux venant de la mer du Nord et allant hiverner en Méditerranée. Concernant l’avifaune locale, aux alentours du col, on peut observer, entre autres, les espèces nicheuses suivantes : Grand Corbeau, Faucons hobereau et pèlerin, Autour des palombes, Pic noir, Grimpereau des bois, Cassenoix moucheté (particulièrement en septembre), Bec-croisé des sapins. Le GR se prête notamment à la rencontre de ces espèces. Le passage au col même est réellement important chez les passereaux lorsque le plafond nuageux est bas et en cas de vents modérés de secteur ouest à sud, c’est-à-dire un peu contraires. Suivant l’heure de la journée, les conditions météorologiques et l’avancement de la saison, le passage ne se fait pas aux mêmes altitudes. Pour les rapaces utilisant les courants thermiques (Milans et Bondrées notamment), les chaudes journées de fin d’été sont plus favorables, mais le passage a alors tendance à se faire plus haut (après 10 heures), redevenant facilement observable, car plus bas (vers 15-16 heures). Par la suite, en octobre et novembre, le passage des rapaces a lieu plus bas, en absence de forts courants thermiques ascendants. Pour les passereaux, en été, les Bergeronnettes printanières et pipits passent souvent principalement le matin, avant 9-10 heures ; plus tard dans la saison, le passage ne se fait très bas qu’en cas de vent contraire, particulièrement intense dans les premières heures suivant le lever du jour, les turdidés étant plus nombreux à l’aube, voire avant… En cas de journée d’octobre sans vent, avec ciel bleu, le passage existe mais les oiseaux (entendus) ne sont pas si faciles à voir, car plus haut et sur fond de ciel bleu …
 
Modalités d’accueil
Ces dernières années, il n’y a plus de suivi régulier au col du Plafond et donc pas d’accueil pour les visiteurs.
 
Accès
 
Deux routes passent par le col : la D8 et la D60, qui relient Saint-Dié à Gérardmer et à Corcieux. Le point d’observation se situe au niveau du col. Il est situé en bordure d'une pâture, 200 mètres à l’ouest du col (proche de l'auberge et du kart), en bordure de la route empruntant le GR533 (chemin de la carrière).
En cas d'absence de passage de passereaux, un autre point d'observation est utilisé à l'est du col, plus en hauteur, également sur le GR533, 500 mètres à l'est du col.
 
Hébergement et restauration conseillés
 
On trouve dans la région de nombreux gîtes ruraux, chambres d’hôtes, campings, hôtels et auberges. Pour l’organisation, contacter l’office de tourisme :
9, rue Henry
88430 Corcieux
Tél. 03 29 50 73 29
 
Contacts
 
Si vous souhaitez saisir en ligne, contactez Vincent Palomares: vincent_palomares@yahoo.fr
Les observations peuvent être envoyées au
Centre Ornithologique Lorrain (COL)
5, rue de Nancy
54690 Lay-Saint-Christophe
ou à la
LPO Alsace
8, rue Adèle-Riton
67000 Strasbourg
Tél. 03 88 22 07 35
Fax 03 88 22 91 28
e-mail : alsace@lpo.fr
Site internet : alsace.lpo.fr/
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018