fr
de
it
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
Base de données
 - 
Accueil base de données
 - 
Notre charte
  Les observations
    - 
Synthèse annuelle
  Les galeries
    - 
Toutes les photos
  Statistiques d'utilisation
Qu'est-ce que la migration ?
Les sites de migration
Connaître les migrateurs
Ressources et liens
La mission migration
Les partenaires
Fort de la Revère - Èze, Alpes-Maritimes (06)
Présentation
Les synthèses
Les nouvelles
Les bilans
Les fiches descriptives des sites

Afficher:
https://cdnfiles2.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/Fort_Revere_M_Jardin-2343.JPG
https://cdnfiles2.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/FortRevereYS-3408.jpg

L'environnement et le cadre naturel du site

L'un des meilleurs sites des Alpes-Maritimes est le Fort de la Revère, construit en 1870 sur la commune d’Eze. A 675 mètres d’altitude entre mer et montagne, le Fort de la Revère est le point culminant du Parc Naturel Départemental de la Grande Corniche (propriété du Conseil Général des Alpes-Maritimes). Situé sur un très beau lapiaz (roches calcaires ciselées par le ruissellement des eaux) en partie recouvert par la garrigue, il offre une vue spectaculaire sur toute la côte et les reliefs environnants. L’ensemble du parc se développe sur des plateaux calcaires bordés de falaises ou « baous » caractérisés par un paysage où l’eau a sculpté la roche et dégagé des formes typiques de cette érosion : grottes et gouffres (aven de la Simboula à la Revère), dolines (cuvettes de plusieurs dizaines de mètres provenant de la dissolution des roches et souvent reliées à un gouffre), lapiaz (affleurement de roches fissurées, sculptées et cannelées par les eaux). Ce parc est l’une des dernières zones possédant une végétation caractéristique des écosystèmes littoraux des Alpes-Maritimes. On y recense 450 espèces de végétaux, dont certaines protégées au plan national, parmi lesquelles figurent le caroubier, l’ophris de Bertoloni, la lavatère maritime et la nivéole de Nice. Le parc est l’un des plus intéressants sites d’observation de l’avifaune. On y trouve notamment les grands rapaces qui profitent des courants ascendants du relief côtiers. La nuit, les rapaces nocturnes sillonnent le territoire pour chasser. Les sangliers, lapins, renards et blaireaux sortent aussi à la tombée de la nuit. Les passereaux inféodés aux garrigues présentent une richesse importante avec notamment le groupe des fauvettes méditerranéennes. C’est aussi un des seuls abris d’Europe du lézard ocellé.

Historique du suivi

Dans le sud-est du territoire français, l’approche du phénomène de la migration ne faisait pas l’objet d’un suivi permanent jusqu’à l’automne 2001. A partir de cette date, forte des observations des ornithologues locaux, la LPO PACA a permis d’appréhender le suivi migratoire et ainsi connaître et faire connaître les flux d’oiseaux transitant par la région en animant un camp de migration. Face à l’action conjointe d’une équipe salariée, d’un groupe de bénévoles et d’observateurs compétents et investis ainsi que le soutien des partenaires (Département des Alpes-Maritimes, Région PACA), les nouvelles éditions remportent un succès, chaque année, grandissant.

Intérêt ornithologique, espèces emblématiques

Suivant les années et notamment les variations des facteurs climatiques, le total d’oiseaux qu’il est possible de dénombrer du Fort de la Revère fluctue. Ainsi, l’automne 2006 a vu passer un total de près de 75 577 oiseaux en deux mois et demi. Pour notre site les forts effectifs sont généralement liés à des passages importants de pigeons ramiers (33025 pigeons ramiers sont passés à l'automne 2006). Ces derniers représentent parfois près de 70% de l’effectif total des oiseaux migrateurs, toutes espèces confondues. Quantitativement viennent ensuite les passereaux puis les rapaces et enfin les autres espèces, à savoir les cigognes, les cormorans, les grues.

La diversité ornithologique est elle aussi importante avec, chaque année, une centaine d’espèces dénombrées. La diversité d’espèces de rapaces est particulièrement intéressante et place le site dans les meilleures positions au niveau national. En effet, chaque année, une vingtaine d’espèces peuvent être observées en migration active. Les passereaux présentent la plus grande diversité avec environ 70 espèces chaque automne. Ces petits oiseaux passent essentiellement en octobre dès le levé du soleil. Enfin, les autres espèces telles les cormorans, les cigognes, les grues représentent seulement une dizaine d’espèces mais présentent un intérêt ornithologique tout aussi important que les précédentes.

Calendrier, déroulement de la migration

Les meilleures périodes de passage se situent entre début mars et fin mai d’une part, entre septembre et mi-novembre d’autre part. Un animateur de la Ligue pour la Protection des Oiseaux assure l’accueil du public et des ornithologues pendant la migration post-nuptiale de fin août à mi-novembre, créneau le plus favorable pour la régularité et l’importance des flux.

A l’automne, la migration post-nuptiale vers le sud concerne les adultes reproducteurs et les jeunes de l’année. Il y a presque autant d’itinéraires que d’espèces migratrices. Beaucoup de migrateurs ne se concentrent pas sur des routes étroites, mais traversent l’Europe sur un large front, en privilégiant cependant certains axes migratoires favorables par leur topographie, leurs particularités météorologiques ou la présence de haltes riches en nourriture. Les oiseaux planeurs évitent quant à eux la traversée des grandes étendues hostiles que sont le Sahara et la Méditerranée. Ainsi, la plupart d’entre eux passe par les détroits de Gibraltar et du Bosphore, et dans une moindre mesure par les îles. Ceux que nous observons du point du Fort de la Revère suivent des voies et des directions tout à fait opposées à celles du printemps, c’est à dire du nord-est vers le sud-ouest (240°) sans traverser directement la méditerranée depuis nos côtes. Le principal franchissement s’effectuera à Gibraltar. La période migratoire s’échelonne sur quatre mois. Les espèces se succèdent de mi-juillet à mi-novembre. Mais c’est à la mi-septembre que les flux et la diversité des espèces sont les meilleurs.

Modalités d'accueil

Du 24 août au 12 novembre, un animateur est sur le site et du matériel adapté à cette activité est mis à disposition du public. Des jumelles, des longues-vues et des binoculaires pourront vous permettre de vous familiariser avec des outils de travail indispensables qui sont d’une grande aide pour la détection des oiseaux qui arrivent à l’horizon. L’objectif est de détecter le plus tôt possible l’oiseau ou le groupe afin de bénéficier d’un maximum de temps pour réaliser et affiner la détermination, l’intérêt étant d’avoir le plus de renseignements possible. Les oiseaux, par temps dégagé, peuvent être détectés à 5 ou 6 km du point d’observation. Ils ne sont alors que des points à l’horizon se dirigeant dans notre direction. Du fait de la distance, un ensemble de grandes caractéristiques liées à la morphologie générale et à la technique de vol nous permettent d’établir un premier niveau de détermination. Quand l’oiseau se rapproche, les caractéristiques de taille et de plumage s’affirment permettant de définir l’espèce de l’individu ou du groupe observé. Quand cela est possible, nous essayons d’aller encore plus loin en disant notamment s’il s’agit d’un mâle, d’une femelle ou d’un jeune de l’année.

Accès

On accède au Fort de la Revère depuis Nice en suivant la Grande Corniche en direction d’Eze. Mais le plus pratique est d’utiliser l’autoroute A8 en direction de l’Italie, en sortant à la Turbie : avant l’entrée du village, tournez à droite et suivez la Grande Corniche jusqu’au col d’Eze. Peu avant le col, suivez à droite l’indication « Parc Départemental de la Grande Corniche » et montez jusqu’au Fort le plus élevé.

Aéroport International de Nice :
Serveur vocal : 06 36 69 55 55 - Standard : 04 93 21 30 30 - Internet :
http://www.nice.aeroport.fr

Gares SNCF de Nice :
Gare Thiers – Nice centre, Gare de Riquier – Nice Est - Ligne vocale : 08 36 67 68 69 - Info voyageurs : 08 36 35 35 35

Gare routière de Nice :
Bus Lignes 115 et 116 (sauf dimanche et jours fériés), arrêt "Col d'Eze" puis sentier pédestre – Standard : 04 93 85 61 81

 

Taxi : Face à la gare : 04 93 88 25 82

Hébergements et restaurations conseillés

Office du tourisme d'Eze:
Site internet :
http://www.eze-riviera.com. Tél. 04 93 41 26 00

Mairie de La Turbie :
Site internet : 
http://www.ville-la-turbie.fr. Tél. 04 92 41 51 61

Camping :
Camping les Romarins : Grande Corniche, arrêt de bus " Le Pous ". Tél. 04 93 01 81 64

Gîtes de France :
55, promenade des Anglais, 06000 Nice. Tél. 04 92 15 21 30

Hôtels :
 

  • Auberge de l'Hermitage, col d'Eze. Tél. 04 93 41 00 68
  • Hôtel du Golf, Eze-village. Tél. 04 93 41 18 50
  • Le Césarée, La Turbie. Tél. 04 93 41 16 08
  • Le Napoléon, La Turbie. Tél. 04 93 41 00 54
  • Hostellerie Jérôme, La Turbie. Tél. 04 92 41 51 51

Relais International Jeunesse :
Clairvallon - av. Scudéri - Cimiez - à Nice. Tél : 04 93 81 27 63.

Contacts

LPO PACA – Villa St Jules - 6 av J. Jaurès– 83400 Hyères-les-Palmiers.
Tél : 04 94 12 79 52 – Fax : 04 94 35 43 28 – Courriel : 
http://paca@lpo.fr 

Renseignements pour visites ou participation au comptage : mailto:alpes-martimes@lpo.fr

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018