fr
de
it
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
Base de données
 - 
Accueil base de données
 - 
Notre charte
  Les observations
    - 
Synthèse annuelle
  Les galeries
    - 
Toutes les photos
  Statistiques d'utilisation
Qu'est-ce que la migration ?
Les sites de migration
Connaître les migrateurs
Ressources et liens
La mission migration
Les partenaires
Gruissan - étang de l'Ayrolle - Gruissan, Aude (11)
Présentation
Les synthèses
Les nouvelles
Les bilans
Les fiches descriptives des sites

Afficher:
https://cdnfiles2.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/20070415avril20migr15ayrolle-6421.JPG
https://cdnfiles2.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/20070318ayrolle18mars0025-6758.jpg
Toutes les photos

L’environnement et le cadre naturel du site 

L’étang de l’Ayrolle est une vaste lagune saumâtre situé sur les communes de Gruissan au nord et Port-la-nouvelle au sud. Cette étendue d’eau est bordée à l’est par la mer Méditerranée et à l’ouest par l’étang de Bages-Sigean. Ces deux vastes complexes lagunaires sont séparés par un cordon sur lequel se trouve la voie ferrée qui mène vers Perpignan et le canal de la Robine. Sa superficie est d’un peu plus de 1000 ha pour une profondeur moyenne de 0,75m. Ce site est connu pour abriter les plus gros effectifs de limicoles en hiver. Jusqu’à 4500 bécasseaux surtout variables et minutes, mais aussi Pluviers argentés fréquentent les salins proches ou les vasières en fonction des niveaux d’eau induits par les vents associés à la pression atmosphérique. Le site de suivi des oiseaux migrateurs est utilisé au printemps et se situe essentiellement au niveau des cabanes des pêcheurs sur la commune de Gruissan, après les salins. Ce site offre l’avantage, lorsque souffle le vent de NW, d’être aux premières loges, pour observer les oiseaux remontant du sud, ayant franchi les Pyrénées, suivi l’étang de Salses-Leucate et sa falaise, les étangs de La Palme, puis Port-la-Nouvelle et l’île Sainte Lucie. Les oiseaux s’élancent au-dessus de l’étang et arrivent sur les rives de l’étang de l’Ayrolle et de l’île st- martin. Plus le vent de NW est fort et constant, plus les chiffres de migrateurs sont importants en particulier les rapaces, cigognes… Ce spot est intéressant quant aux petits passereaux  de façon qualitative mais non quantitative, l’étang étant trop large pour affiner les déterminations, le flux pouvant avoir lieu sur près de 6kms de large, mais nombreux sont ceux qui se posent dès qu’ils arrivent sur la terre ferme. Outre l’intérêt du passage intense de rapaces et cigognes, l’étang étant ouvert sur la mer, il capte de nombreux laro-limicoles qui rentrent en direction de l’étang de Campignol proche. l'étang de l'Ayrolle se situe dans le Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée.

Historique du suivi et enjeux environnementaux

Ce site est suivi depuis une dizaine d’année mais de façon épisodique. Depuis 4 ans, un effort est consenti pour suivre au mieux le mois d’avril. En 2008, la pression fut encore plus forte et a permis de suivre bénévolement avec les ornithologues locaux ou de passage pendant près de 2 mois et demi, de début mars à mi mai. La problématique est sans conteste, le fait que le Pigeon ramier, classé nuisible dans l’Aude, est chassé tout le mois de mars, occasionnant parfois des tirs sur des espèces non chassables à cette période comme les Vanneaux huppés ou les alouettes.

Intérêt ornithologique, espèces emblématiques

Prêt de 200 espèces ont été observées sur ce site qu’elles soient en migration active ou en stationnement dans les sansouires et garrigues proches. L’étang de l’Ayrolle est fameux pour l’observation des rapaces dès la mi février (10 à 15 000 chaque printemps) comme le Busard des roseaux (1300+), l’Epervier d’Europe (3000+) avec des journées mémorables à plus de 500 individus. Tout le mois de mai on y voit des milliers de Bondrées apivores. On y voit également assez régulièrement le Busard pâle (10+ en 2008), le Balbuzard pêcheur (150+) et les Faucons kobez, émerillons (50+) ou le hobereau. Les Cigognes blanches et noires sont observées régulièrement et parfois en grand nombre. De plus la configuration du site, entre mer et étangs permets l’observation de nombreux laro-limicoles, comme le Goéland railleur et d’Audouin, ou les Sternes et guifettes ainsi que les nombreux limicoles comme les Courlis corlieux ou les bécasseaux. Le passage des hirondelles (les 5 espèces), les martinets et les guêpiers est impressionnant.

Accès

Pour s’y rendre depuis Narbonne, il faut suivre la direction de Gruissan. A Gruissan, suivre Gruissan-village et faire le tour par le bord de l’étang, puis traverser le pont entre étang de Gruissan et le canal qui mène à la mer. Tourner à gauche en direction des salins de Gruissan et aller tout au bout de la route (en cul de sac) qui arrive sur l’étang de l’Ayrolle. A droite on voit les cabanes des pêcheurs, à gauche se trouve le site d’observation, à l’abri d’un gros tamaris. Lorsque le vent de nord ouest est moins fort, un autre site est utilisé au bord de l’étang de l’Ayrolle. Il s’agit de la pointe de la grève. Pour s’y rendre, il faut à partir des salins, suivre le domaine de l’évêque, puis juste avant le domaine, prendre à pied, la piste qui longe l’étang. Aller jusqu’au bout. Le site d’observation est situé dans un ancien poste de ball-trap.

Hébergement et restauration

Pour les hébergements, la plupart se situent sur la commune de Gruissan. Prendre contact avec l’office de tourisme (04 68 49 09 00).Pour les groupes on peut contacter l’Adas Inra dans le massif de la Clape (04 68 49 80 51) ou le CPIE des pays narbonnais (04 68 49 12 40). Pour ceux qui préfèrent le camping, on peut citer le camping des mimosas entre Gruissan et Narbonne (04 68 49 03 72). Il existe un grand nombre d’autres possibilités d’hébergements (mais assez rares pour les groupes). Gruissan, station balnéaire regorge de petits restaurants à des prix extrêmement variables.

Contact

Dominique CLEMENT

AUDE NATURE

06 88 35 50 90 - aude.nature@orange.fr

Site web: http://www.audenature.com

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018