fr
de
it
en
es
nl
 Visiteur Anonyme 
Accueil
Base de données
 - 
Accueil base de données
 - 
Notre charte
  Les observations
    - 
Synthèse annuelle
  Les galeries
    - 
Toutes les photos
  Statistiques d'utilisation
Qu'est-ce que la migration ?
Les sites de migration
Connaître les migrateurs
Ressources et liens
La mission migration
Les partenaires
Puech Debon - Saint-Germain-du-Teil, Lozère (48)
Présentation
Les synthèses
Les nouvelles
Les bilans
Les fiches descriptives des sites

Afficher:
https://cdnfiles2.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/Saint_Germain_du_Teil_mars_2007_vue_sur_l-Aubrac_Francois_Legendre-4795.JPG
https://cdnfiles2.biolovision.net/www.migraction.net/pdffiles/news/small/Saint_Germain_du_Teil_vue_sur_vallee_du_Lot_aout_2010_Francois_Legendre-2266.jpg

L’environnement et le cadre naturel du site

Le Lot naît en Lozère vers le Mont Lozère et traverse une grande partie du département selon un axe nord-est/sud-ouest. Un de ses affluents majeurs dans ce département est la Colagne qui elle est orientée, dans ses 20 derniers kilomètres, nord/sud. A l’ouest de ces rivières se trouve l’Aubrac dont l’altitude oscille entre 1200 et 1470 m et forme donc un dénivelé conséquent de 700 à 1000 m à mesure que l’on descend vers l’aval. L’Aubrac peut donc être dans certaines conditions un obstacle important à franchir et/ou à éviter. A l’est se trouvent les grands causses et au nord le haut plateau de la Margeride (1000 à 1551 m) d’où proviennent une grande partie des oiseaux. Le site d’observation se trouve aux confins sud ouest de la vallée du Lot, au nord d’une montagne, le Puech Debon (903 m) et dégage la vue sur une grande partie ouest du département permettant de détecter de nombreux oiseaux passant là notamment quand le plafond nuageux est bas contraignant les oiseaux à plus ou moins suivre la vallée. Ils débouchent alors au-dessus du site qui leur permet de bifurquer au sud ouest avec un effet « col » entre deux reliefs.

Historique du suivi et enjeux environnementaux

Le site découvert en 2006 est suivi aussi souvent que possible de mars à mai puis de fin juillet à fin octobre. L’enjeu n’est pas de taille mais constitue simplement une curiosité pour le passage des migrateurs à l’intérieur du Massif Central et permet d’observer des oiseaux provenant d’une part du nord du Massif et d’autre part de l’est de la France, certaines espèces traversant le Massif Central quand les conditions sont optimales. Mais le temps change rapidement en montagne et le pari d’éviter la vallée du Rhône pour couper au sud-ouest n’est pas toujours le meilleur à première vue. C’est alors que se produisent de beaux passages.

Intérêt ornithologique, espèces emblématiques

L’intérêt est de suivre la migration à l’intérieur du Massif Central. Ici le site se trouve à la charnière entre nord (puys et Margeride) et le sud (causses et Aubrac). L’espèce la plus emblématique est sans doute la Cigogne noire passant facilement dans le Massif Central contrairement à sa cousine qui l’évite absolument. Les vautours sont aussi à l’honneur tout comme l’Aigle royal.

Calendrier, déroulement de la migration

Mars est indéniablement le meilleur mois avec un passage remarqué de Milan noir (plusieurs centaines à plusieurs milliers sans doute selon les années), de Cigognes noires (quelques dizaines), de Buses, de Cormorans… Avril voit de beaux passages de passereaux : hirondelles, hirondelles puis martinets. Mai est évidemment le temps des Bondrées abondantes certaines journées ainsi que de quelques Guêpiers, annuels. Fin juillet voit le départ des Milans noirs, notamment du fait d’une population conséquente dans les alentours ainsi que des milliers de Martinets noirs. Août, notamment sa dernière décade est le temps des Bondrées, Cigognes noires, Balbuzards, encore pas mal de Milans noirs et quelques Guêpiers. Septembre est plus calme mais avec un passage remarqué d’Eperviers et l’arrivée des premières bandes de passereaux. Octobre est le festival des Milans royaux, Grosbecs, Tarins, pinsons, dernières hirondelles, pipits, bergeronnettes avec en moyenne 25-30 espèces notées à chaque session de migration.

Modalités d’accueil

Le suivi n’est pas régulier et dépend de la disponibilité du ou des observateurs.

Accès

Facile et libre : rentrer dans Saint-Germain-du-Teil par la vallée du Lot, tourner à gauche à l’école publique. Au bout de 1 km, un virage/carrefour permet de prendre une piste dont l’entrée est marquée par une croix. On emprunte celle-ci sans souci (très bon état) et on monte sur 300 m jusqu’à un carrefour où se trouve un banc. On laisse son véhicule là et on monte le chemin abrupt sur 100 m. Le site est là avec vue dégagée sur le nord.

Hébergement et restauration conseillés

Nombreux à proximité. Auberge à Saint Germain du Teil.

Contact

François Legendre : mailto:fl1973@yahoo.fr; 06 76 26 34 28 - Association Lozérienne pour l'Etude et la Protection de l'Environnement (ALEPE) - blog http://lozere.alepe.over-blog.com/

Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune

Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2018